La minorité présidentielle fait alliance avec la droite et l’extrême-droite pour battre la NUPES

Communiqué de l’intergroupe de la NUPES.

La composition du Bureau de l’Assemblée nationale le mercredi 29 juin a révélé que la minorité présidentielle ne reculerait devant rien pour parvenir à être majoritaire.
 
Alors que le vote des Français a retiré à Emmanuel Macron sa majorité absolue, la minorité présidentielle a accepté la collusion  avec l’extrême-droite et la droite pour conserver ses pouvoirs au sein de l’Assemblée nationale.
 
Après avoir fait échouer ce matin les tentatives pour parvenir à un accord reflétant la nouvelle réalité politique au sein de l’Assemblée nationale, le groupe macroniste a réussi à se sauver en s’alliant avec la droite et l’extrême-droite contre la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES).
 
Pour ce faire, les députés macronistes ont voté pour les candidats d’extrême-droite à la vice-présidence de l’Assemblée nationale avant de présenter une liste commune avec la droite pour la questure, faisant « barrage » au candidat de la NUPES.
 
Les faits parlent d’eux-mêmes : la minorité présidentielle fera alliance avec la droite et l’extrême-droite à chaque fois qu’il faudra battre la NUPES.
 
L’opposition que l’on se choisit n’en est pas une. Les groupes parlementaires de la NUPES, avec leur intergroupe, sont donc bel et bien depuis ce soir la seule véritable opposition à Emmanuel Macron dans l’Assemblée nationale.