CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE - Jour 4 - Étape de Chelles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Jeudi 28 octobre, les caravanier·es de l’Union Populaire se sont rendu·es à Chelles, en Seine-et-Marne, dans le quartier des Coudreaux. Autour du stand, une petite trentaine de militant·es se préparent à aller en porte-à-porte. Pour certain·es, c’est la première fois ! Présente pour l’occasion, Clémence Guetté, co-responsable du programme, les rassure : pas besoin de connaître l’Avenir en commun par cœur pour convaincre en porte-à-porte !

Dans les immeubles, l’accueil est très bon. Ici, beaucoup de gens sont déjà électeurs·rices de Jean-Luc Mélenchon, comme Fatou qui s’écrit en nous ouvrant : « Mélenchon : c’est mon gars sûr ! ». Plus tard, Nakhla, 28 ans, se dit intéressée pour s’impliquer. « Je suis déjà Jean-Luc Mélenchon sur les réseaux sociaux. Il faut aussi le parrainer sur le site melenchon2022​.fr ? Je le fais de suite ! » Nakhla vient de déménager à Chelles. Elle descendra nous retrouver au stand, remplir un cerfa, s’inscrire sur les listes électorales de la ville… et se proposer comme correspondante d’immeuble !

Sur le stand, un homme s’arrête. Il est conducteur de bus. « Mais, on vous voit partout ma parole !, dit-il avant d’ajouter, vous êtes toujours avec nous. » Et pour cause : nos élu·es à la région sont venu·es soutenir la lutte des Transdev quelques semaines plus tôt sur les piquets de grève des dépôts en Seine-et-Marne. Pour lui, comme pour Ahmed, un habitant du quartier, la priorité, c’est le pouvoir d’achat. « Le SMIC, s’il augmente un peu, ça changerait déjà beaucoup pour nous. » Ahmed est éboueur. Il se lève tous les jours à 4h30 du matin pour effectuer son travail essentiel au bienêtre de la collectivité. « Ici, les gens ne gagnent pas beaucoup. » Les propositions d’augmenter le SMIC à 1400 € net par mois et d’instaurer un RSA Jeune pour répondre à la pauvreté croissante sont très favorablement accueilli. « Je ne peux pas voter, nous dit Ahmed, mais ma femme et mon fils, oui. Je leur parlerai de vos propositions et je les convaincrai qu’il faut voter pour ! »

Vendredi 29 octobre, la caravane fera étape à Villiers-le-Bel !

Rendez-vous sur la page des caravanes de l’Union populaire pour retrouver les étapes près de chez vous