La France doit peser pour le respect des droits des femmes afghanes et s’engager pour leur accueil

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Communiqué de presse du groupe parlementaire de La France insoumise

Depuis le vendredi 27 août, les exfiltrations de civils organisées par la France ont cessé sans qu’Emmanuel Macron n’ait exprimé clairement la politique d’accueil mise en place par le gouvernement français pour assurer la protection des civils afghans cherchant à fuir le régime. Chaque minute compte pourtant, plusieurs exactions ayant été commises, dès les premiers jours d’installation du nouveau régime, visant des artistes, des journalistes, des minorités.

Emmanuel Macron n’a pas exprimé davantage la détermination de la France à peser pour le respect des droits des femmes en Afghanistan. Pourtant, leur sort inquiète tout particulièrement, quand on se rappelle les mesures répressives et discriminatoires qui leur ont imposées sous le précédent régime des Talibans de 1996 à 2001. Actuellement, sur le terrain, leur situation reste précaire, malgré les annonces du nouveau régime qui tente de faire croire le contraire.

Or, à part exhorter les Talibans à respecter la dignité des femmes, Emmanuel Macron n’a toujours pas exprimé expressément sur l’accueil par la France des femmes afghanes dont les droits ne seraient plus garantis. Leur accueil et leur protection sont pourtant explicitement reconnues par l’article L. 711-2 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile prévoyant que « s’agissant des motifs de persécution, les aspects liés au genre et à l’orientation sexuelle sont dûment pris en considération ». De plus, pour nombre d’Afghanes la situation résultant de la prise de pouvoir par les Talibans est très clairement constitutive de « craintes du demandeur d’être persécuté ou du risque réel de subir des atteintes graves » prévues par l’article L. 723-4 du même code.

La France doit également se faire entendre et, à travers l’Union européenne, principal bailleur de fonds avec les États-Unis en Afghanistan, doit absolument conditionner la levée des sanctions contre les Talibans à leur engagement à respecter les droits humains, et notamment ceux des femmes.

Le groupe parlementaire de La France insoumise participera activement à toutes les mobilisations en ce sens. A ce titre, nous saluons l’initiative de notre collègue Marie-George Buffet de ré-activer le « Comité de soutien pour l’émancipation des femmes afghanes » auquel nous nous joignons, et nous appelons le plus grand nombre de parlementaires à en faire de même.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire