Grand Est : le sectarisme « pondéré » d’EELV

Les adhérents du « pôle écologiste » du Grand Est étaient appelés à se prononcer ce weekend sur l’ouverture de possibles discussions avec d’autres forces politiques en vue d’établir une liste commune dès le premier tour des prochaines élections régionales.

Comme partout, EELV fixe un préalable : le ralliement de tous à sa tête de liste. A cet hégémonisme désormais coutumier, s’ajoute un sectarisme nouveau, le sectarisme « pondéré » d’EELV.

Hier soir, les premiers résultats du vote interne au « pôle écologiste » annonçaient à 71% la volonté d’ouvrir des discussions avec l’Appel inédit et LFI. Quelle surprise ce matin de découvrir que ces mêmes résultats avaient été « pondéré » dans la nuit pour entériner une conclusion inverse : le refus d’ouvrir toute discussion avec l’Appel inédit !

L’Appel inédit, lancé par trois personnalités, la députée LFI Caroline Fiat, la conseillère régionale socialiste Pernelle Richardot et Aurélie Filippetti, rassemble depuis plusieurs mois LFI, le PCF, Générations, de nombreux responsables du PS, GRS, GDS, Place Publique. Un sondage de l’IFOP évaluait à 16% le soutien des électeurs à cette liste. Le sectarisme « pondéré » des chefs écologistes à son égard est d’une stupéfiante irresponsabilité. Plus encore dans un contexte régional où l’on annonce la possible victoire de l’extrême droite.

Nous appelons EELV à revenir à la raison et à faire passer l’intérêt des habitants du Grand Est avant sa volonté de dominer.

Pour l’espace élections de La France insoumise, Martine Billard et Paul Vannier