Pesticides : échec d’un État sans projet pour son agriculture et ses agriculteurs

Ce mardi les associations FNH et BASIC dévoilent dans une enquête le fiasco de la réduction de l’utilisation des pesticides, faute de politiques publiques permettant d’accompagner les agriculteurs vers des pratiques vertueuses !!

Plans Ecophyto, Ecophyto 2 et Ecophyto 2+, les précédents affichages gouvernementaux d’horizons fantasmés à coup d’engagements volontaires n’ont abouti qu’à une augmentation de +25 % au lieu des -50 % visés. Dans leurs sillages cette enquête révèle l’absence de mobilisation de l’État dans une politique d’accompagnement à la transition urgente de notre système de production alimentaire.

Le rapport révèle qu’une poignée d’exploitations sont responsables d’une augmentation de 25% de l’usage des pesticides entre 2008 et 2018. Dans le détail, la chaîne alimentaire perçoit 23,2 milliards d’euros par an de fonds publics. D’après ce rapport, seul 1% sont efficaces. Il s’agit des aides au bio et de certaines mesures agro-environnementales.

Les milliards d’euros versés par la PAC et les financements nationaux servent essentiellement à faire perdurer les modes de production les moins durables, produisant des produits de faible qualité et entraînant des dégâts environnementaux et sanitaires immenses.

Comme le défend la France Insoumise depuis plusieurs années dans son programme et dans les amendements portés à l’Assemblée Nationale il est temps que la France se dote d’une politique claire et structurante autour de la production alimentaire et des acteurs principaux de celle-ci, nos paysan-nes !

Je demande donc une énième fois , à l’occasion de ce rapport, que le Plan Stratégique National (PSN) exigé par la PAC soit enfin débattu au parlement !