Quel rôle peuvent jouer les JOP 2024 dans la crise qu’affronte actuellement le sport français ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Michel LARIVE auditionne en commission des affaires culturelles de MM. Michel Cadot, délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques et président de l’Agence nationale du sport, et Frédéric Sanaur, directeur général de l’Agence.

« En tant que rapporteur pour avis pour la mission « Sport, jeunesse et vie associative » du Projet de Loi de Finances 2021, j’ai pu mesurer la part prépondérante occupée par les crédits alloués aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

2/3 de l’augmentation du budget de cette mission sont captés par l’organisation de cet événement sportif international, soit près de 105 millions d’euros sur les 152 millions d’euros de hausse. Chacun jugera ici, en fonction de ces convictions personnelles, du bien-fondé de cet investissement colossal.

Cela dit, maintenant que nous sommes lancés, nous devons réussir les Jeux. Pour réussir, les dépenses olympiques ne doivent pas se faire au détriment du sport amateur. Le secteur, comme beaucoup d’autres, est en crise en raison de l’épidémie. Des associations ont, entre mars et juin et lors du confinement actuel, souffert d’une paralysie totale ou partielle des structures et de la pratique sportive. 

D’après les prévisions, à quelques exceptions notables, concernant le handball et le rugby par exemple, le nombre des licenciés sportifs devrait baisser très sensiblement à la rentrée 2020. Certains organismes évoquent même la perspective d’une réduction pouvant aller de 20 % à 30 % dans certaines disciplines. 

Au-delà de l’adhésion et de l’animation des associations sportives, c’est toute une économie qui, aujourd’hui, voit ses fondements ébranlés. Pour ce qui concerne le sport amateur, l’enquête réalisée au printemps 2020 par la Centrale du Sport évalue ainsi à 6 747 euros en moyenne la perte occasionnée aux clubs par la suppression des événements sportifs. D’ailleurs, le sport professionnel subit lui aussi une profonde déstabilisation de son modèle d’affaires. La menace pèse en particulier sur les disciplines dont une part importante des ressources provient des droits télévisés.

Messieurs CADOT et SANAUR, le sport français affronte une crise d’envergure. Quelles solutions préconisez-vous pour y répondre ? Quel rôle peuvent jouer les Jeux Olympiques et Paralympiques parmi vos pistes de solutions ? 

Enfin, j’aimerais entendre vos préconisations concernant l’héritage des Jeux, les droits de diffusion des compétitions sportives, la construction et l’exploitation des grands équipements, le financement des fédérations et leur gouvernance, les droits des citoyens à avoir accès à la diffusion des événements, ou encore les droits des adhérents des fédérations à prendre part aux décisions. »

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire