La modernisation du réseau de voies navigables intérieures

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

M. Michel Larive attire l’attention de Mme la ministre de la transition écologique sur la rénovation et la modernisation du réseau de voies navigables intérieures. 

Il serait salutaire, compte tenu du contexte actuel de réchauffement climatique et de la nécessaire transition écologique, de ne pas abandonner les petites voies navigables comme on a négligé les nombreuses voies ferroviaires qui irriguaient jadis les territoires. Le renouveau du transport fluvial ne peut se faire sans intégrer aussi les axes à petit gabarit. Leur intérêt est capital pour développer à la fois le fret et le tourisme fluvial. 

Une péniche de type Freycinet peut transporter une charge équivalente à celle de 14 camions et émettra deux à quatre fois moins de CO2, selon qu’elle utilise des technologies récentes ou plus anciennes. Quant au tourisme fluvial, il représente déjà 6 100 emplois directs en France, pèse près de 1,3 milliards d’euros et génère de nombreuses retombées économiques le long des axes sur lesquels il se déploie. Enfin, les retombées économiques du secteur de la plaisance privée s’élèveraient à 98,6 millions d’euros, dont 63 % concerneraient les commerces et les services installés le long des voies d’eau. Le maintien et la rénovation des liaisons Nord-Sud et Est-Ouest selon plusieurs itinéraires représente un enjeu économique tout aussi important que l’enjeu en termes de réduction des émissions nationales de GES. 

Selon l’audit MENSIA, l’entretien et la régénération du réseau navigable de France coûterait environ 300 millions d’euros annuels. Par ailleurs, selon la même source, il faudrait investir autour de 200 millions d’euros pour le moderniser et bâtir des infrastructures nouvelles. Ces investissements pourraient certainement s’accompagner de mesures incitatives pour que les entreprises développent le fret et qu’une partie croissante des marchandises circule par voie fluviale. 

Il lui demande quelle est sa réflexion sur le sujet et si elle envisage de proposer prochainement des mesures nouvelles pour enrayer la dégradation continue du patrimoine fluvial national.