Les députés LFI saisissent le CSA suite aux propos d’Eric Zemmour

Les députés du groupe parlementaire de La France insoumise saisissent le CSA suite aux propos d’Éric Zemmour. Retrouvez ci-dessous le courrier adressé au Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.


Jeudi 1er octobre, Paris

Monsieur le Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel,

Eric Zemmour a une nouvelle fois tenu des propos inacceptables sur le plateau de CNEWS le 30 septembre 2020 en déclarant « Les jeunes issus de l’immigration […] sont tous des voleurs, ils sont tous des assassins, ils sont tous des violeurs ».

Comme de nombreux téléspectateurs, nous sommes profondément indignés par la diffusion de tels propos xénophobes sur une chaîne d’information, à une heure de grande écoute.

Les propos tenus par Monsieur Éric Zemmour nous semblent contrevenir à l’article 24 alinéa 7 de la loi du 29 juillet 1881 qui interdit la provocation publique « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Compte tenu des antécédents de monsieur Zemmour, encore fraichement reconnu coupable d’injure et provocation à la haine, et du fait qu’il n’en tire aucun enseignement quant à l’évolution de son attitude, bafouant ainsi le cadre des lois républicaines dans lequel il évolue, nous estimons qu’il est totalement irresponsable de la part de la chaîne CNEWS de continuer à lui offrir une telle tribune médiatique.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ne peut tolérer qu’un individu connu et condamné pour son expression discriminatoire et xénophobe, puisse se voir confier une émission quotidienne, sur une chaîne d’informations mainstream. Nous pensons qu’il est extrêmement dangereux de banaliser dans les médias ces idées nauséabondes, qui ont mené la civilisation humaine aux confins de l’ignominie.

Permettre à Eric Zemmour de nouvelles prises de paroles publiques et médiatiques haineuses correspondrait, selon nous, à un manquement évident à la déontologie journalistique. En tant qu’autorité de régulation de l’audiovisuel, il est impératif que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel intervienne.

Nous vous sollicitons donc pour que rapidement, tel que l’exige la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, vous preniez toutes les dispositions nécessaires afin que « les programmes mis à disposition du public par un service de communication audiovisuelle ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité » (article 15, alinéa 5). Ainsi, nous requérons du CSA qu’il active son pouvoir de sanction à l’encontre de CNEWS et de tous autres médias donnant tribune à cet individu dont les propos sont extrêmement dangereux.

Veuillez recevoir, monsieur le Président, nos plus respectueuses salutations républicaines.