Bilan de la Convention citoyenne pour le climat : une nouvelle diversion du champion de la Terre !

dans Communiqués de presse, Le groupe parlementaire à l'Assemblée nationale

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise

La convention citoyenne pour le climat installée par le président Macron vient de rendre ses conclusions : si dans l’ensemble elles paraissent de bons sens, elles n’engagent aucune transformation structurelle et laissent de côté la question de la fiscalité et des moyens conformément à la règle imposée par l’exécutif. Il y a en outre peu de chance que le gouvernement en fasse plus de cas que les propositions parlementaires identiques balayées depuis 3 ans …

Nous saluons l’implication et la bonne volonté des citoyen·nes impliqué·es dans cette convention, qui ont démontré une conscience aiguë de l’urgence écologique. Il n’en reste pas moins que l’implication citoyenne que nous voulons ne peut se réduire à 150 citoyen·nes tirés au sort. Leurs propositions, à de rares exceptions, ne peuvent que recevoir notre approbation car elles vont dans le sens de notre programme « L’Avenir en Commun » et de nos nombreux amendements et propositions de lois défendus depuis 3 années à l’Assemblée nationale, et balayés par la majorité. Reste, et c’était le cadre imposé par le gouvernement, que ne pouvant aborder la question des moyens et de la fiscalité, elles ne remettent pas en cause sur le fond le modèle capitaliste et productiviste.

Si le rapport de la convention citoyenne acte malgré tout que la politique actuelle est définitivement contraire aux aspirations populaires et aux objectifs climat. Il est aussi le révélateur du temps perdu par le président Macron, 3 ans d’inaction climatique et écologique, et révélateur d’une nouvelle promesse non tenue. En effet il n’est plus question de soumettre ces recommandations au référendum, mais a minima d’en choisir une ou deux parmi les moins contraignantes tandis que des milliards d’argent public sont distribués aux entreprises les plus polluantes sans contreparties sociales ou écologiques. Le gouvernement a assuré ses arrières dès le début en donnant un objectif au rabais à la Convention 40% d’émission de gaz à effet de serre en moins d’ici 2030 - alors qu’il faudrait viser une réduction de 65% pour respecter l’Accord de Paris qui engage la France.

Une fois de plus le champion de la Terre aura réussi à faire que rien ne change tout en donnant l’impression d’en faire des tonnes : il aura au moins réussi cette prouesse écologique, brasser autant d’air qu’une éolienne !