CETA : la patrie ou la mort !

dans Mathilde Panot, Nos parlementaires

« Je crains aujourd’hui que ce slogan, la patrie ou la mort, doive être pris au sens littéral : si nous ne relocalisons pas la production, si nous n’articulons pas nos économies autour de la production en circuit-court, si nous ne réduisons pas les écarts entre le lieu de production et le lieu de consommation, alors nous sommes perdus. » Retrouvez mon explication de vote sur le traité de libre-échange CETA.