VIDÉO | L’Éducation nationale n’est pas un secteur marchand !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Dans le cadre de la commission des affaires culturelles, le député Michel LARIVE interroge le ministre de l’Education Jean-Michel BLANQUER :

    « Notre population augmente, il faut donc corréler les moyens de l’Éducation nationale avec cette augmentation. Ouvrons des structures d’accueil, recrutons des personnels enseignants et administratifs, donnons les moyens humains et financiers à ce grand Ministère pour réussir !

         Au lieu de ça, vous faites le choix de supprimer 1800 postes dans le secteur de l’Éducation. Vous diminuez aussi le budget contrairement aux 850 millions d’augmentation dont vous vous félicitez. Oui, parce que lorsque l’on prend en compte les 1.8 points d’inflation et l’augmentation de 0.4% de la population, on s’aperçoit que le budget baisse en réalité de 0.8%. Vous n’atteindrez donc jamais l’objectif de développement nécessaire de ce grand Ministère !

         Et ce ne sont pas avec quelques « mesurettes », comme le dédoublement dans les classes de CP ou CE1 en Réseaux d’Éducation Prioritaire, que vous allez résoudre la problématique. Parce qu’en Ariège, c’est seulement 1 classe concernée l’année dernière, 2 l’année prochaine avec l’extension aux CE1. Et le cas de l’Ariège ne doit pas être isolé ! Votre prétendue solution, si elle fonctionne dans les métropoles, elle ne fonctionne pas dans l’espace rural, et est dans la continuité de la politique d’inégalité territoriale du gouvernement.

         Une autre de vos « solutions », c’est l’école-entreprise. Tout y est : des primes au mérite « incitatives », des heures supplémentaires, un recours toujours plus fréquent aux contractuels ou encore la création de passerelles du public vers le privé.

         Monsieur le Ministre, quand comprendrez-vous enfin que l’Éducation nationale a besoin de réels moyens pour accompagner l’émancipation de nos enfants et non rentrer, comme vous le souhaitez, dans un secteur marchand accompagnant sa déliquescence ? »