C’est la rentrée ! Pour l’Espace des Luttes aussi !

dans Actualités du mouvement, Espace des luttes, Philippe Juraver

C’est la rentrée ! Pour l’Espace des Luttes aussi !

Ce début septembre est déjà riche en actualité sociale : McDo, Arcelor-Mittal, Arjo-Wiggins, Hopitaux, RATP, Air-France, etc. Autant de sujets sur lesquels nous sommes déjà mobilisé.e.s, mais nous allons y revenir plus loin…

Après un printemps au rythme des journées de grèves et des manifs des Cheminot.e.s qui ont défendu bec et ongles le Service Public du Rail contre la casse orchestrée par Macron avec, à sa suite, tout l’appareil En Marche, et au cours duquel l’Espace des Luttes a été de toutes les mobilisations, il faut malheureusement constater que ça n’aura pas suffit à faire reculer le gouvernement sur le vote de la loi « Pour un nouveau Pacte Ferroviaire ».
En fait de nouveauté, cette loi inaugure la possibilité de l’ouverture à la concurrence du rail, ce qui va se traduire, contrairement à ce que nous serine la majorité sur tous les tons, à une privatisation du chemin de fer, à une marchandisation à outrance de l’offre de transport et à une diminution de l’exigence de sécurité (les accidents ou incidents que nous avons connus ces derniers mois – par ex. le déraillement du TVG à Marseille pendant les AMFis2018, vont se multiplier), de disponibilité du service (fermeture des petites lignes) et de niveau social pour les cheminot.e.s en remettant en question tous les conquis sociaux depuis un siècle (casse du statut). Mais les cheminots n’en ont pas fini avec Macron et lui préparent une rentrée « à toute vapeur » !

L’Espace des Luttes a également été sollicité dans le cadre de l’organisation des mobilisations citoyennes de la Fête à Macron, le 5 mai, et de la Marée Populaire le 26 mai.
Pour le 5 mai, à la demande de l’organisation, nous avons mis sur pied un Carré de Tête composé exclusivement de syndicalistes et près de 200 de nos camarades avaient répondu présent à notre invitation. Tous les secteurs étaient représentés : les transports, la banque, la santé, le commerce, le privé comme le public, ce fut une belle réussite à mettre au crédit de notre Espace !

Fin juin, Philippe Juraver et Guillaume Quintin se sont déplacés à Wizernes à la rencontre des camarades FILPAC-CGT de la Papeterie ARJO-WIGGINS. La papèterie est à l’arrêt et occupée par les camarades depuis près de 4 ans après l’annonce par le groupe Arjo-Wiggins de fermeture du site. Pendant tout ce temps, il a été fait en sorte que l’usine soit en mesure de redémarrer quasiment du jour au lendemain, dans le cas où, plutôt qu’une fermeture définitive, la reprise du site soit possible.

La visite fut très impressionnante ! Une machine à papier est un outil très « lourd », et qui produit des quantités qui donnent le tourni. Par exemple, la machine de Wizernes, est capable de produire journellement une bande de papier de 4m de large qui pourrait couvrir la distance, en ligne droite, de Lille à… Gibraltar ! En période de production elle tourne 24h/24 et produit en une année 180000 Tonnes de papier, à partir de papiers recyclés, dont 10000 tonnes sont stockées en permanence sur le site. La chaudière, en cogénération, qui fournit la vapeur nécessaire à la production et une partie de l’électricité, installée neuve quelques mois seulement avant la « fermeture » a couté, à elle seule 8 millions d’euros !

A l’issue de cette visite, nous avons pu assister à la projection du film « En Guerre » de Stéphane Brizé, en présence d’Olivier Lemaire, qui interprète le rôle d’un des syndicalistes du film, et échanger avec le public sur la question des luttes et de leur importance dans le contexte de casse sociale orchestré par Macron.

Un moment fort et chaleureux, et dont nous sommes sortis certains qu’une suite aurait lieu pour les camarades de Wizernes. C’est aujourd’hui chose faite puisqu’un repreneur a été trouvé et que l’usine va enfin pouvoir redémarrer. Sans la ténacité des camarades de la FILPAC-CGT, sans la solidarité des habitants et des familles, jamais ils n’auraient pu tenir jusque là. Une lutte victorieuse que nous devons saluer comme une réussite collective. Souhaitons leur « bon vent » pour la suite !

La fin du mois de juin a également été le moment où s’est mis à retentir un slogan : « Paris, Marseille, même combat ! ». Ce slogan c’est celui des salariés de McDo qui, à Marseille comme à Paris, sont confrontés à la pression de l’enseigne pour étouffer le mouvement syndical et collectif par tous les moyens possibles, jusqu’au recours à la violence physique. Par bonheur, nos camarades en se laissent pas impressionner ! Alors, d’aucun nous disent qu’il y a un paradoxe à lutter d’un coté contre la mal-bouffe et de l’autre soutenir les salariés de McDo. Notre point de vue est que quelque soit l’employeur, celui-ci doit être respectueux des femmes et des hommes qu’il fait travailler, respectueux de leur droits sociaux, et respectueux de la société dans laquelle il intervient. De ce point de vue McDo « décoche » toutes les cases en envoyant des nervis faire peur aux salariés, en essayant de déroger aux lois sur l’exercice syndical et en pratiquant l’évasion fiscale à grande échelle. L’Espace des Luttes de la France Insoumise est aux cotés des Salariés de McDo depuis le mois d’octobre 2017 et la création, à Paris, du Comité de Soutien aux Salariés de la Restauration Rapide, animé par Raphaël Millon (Sud Commerce).

Nos camarades ont obtenus de beaux succès puisque à Paris comme à Marseille, la Justice à mis en échec les stratégies de McDo pour réduire l’exercice des droits syndicaux de ses personnels.

Début Juillet, nous étions reçus au siège de la CGT à Montreuil, à l’invitation de la CGT-Construction Bois et Ameublement, pour fêter la décision de la Cours d’Appel de Paris qui a relaxé Philippe Christmann de toutes les poursuites et peines prononcées en 1ère instance contre lui (prison avec sursis 16000€ de D&I et 1000€ d’amende). Notre camarade Philippe avait été poursuivi pour dégradation de bien privé pour avoir projeté de la peinture à l’eau et des confettis au siège de la Fédération dont il est administrateur pour la CGT. Il entendait ainsi protester contre les conditions de travail des salariés de cette fédération où il y a 1 mort par jour ouvré.

Le 17 juillet, nous avons accompagné les camarades de SELNI (ex-ELECTROLUX) à une entrevue avec Adrien QUATENNENS, Député LFI du Nord. Ils ont pu, au cours de ce rendez vous, expliquer à Adrien comment , alors que ELECTROLUX et SELNI avaient pris des engagements pour le maintien d’un certains nombre des salariés dans l’emploi après qu’ELECTROLUX ait déménagé son activité, comment les mêmes s’organisaient pour couler délibérément la boutique. Il faut souligner, à cette occasion, la convergence des luttes engagée au niveau Européen grâce à notre député Younous OMARJEE qui a « fait la jonction » avec une de ses homologues suédoise sur ce dossier « ELECTROLUX ».

Après quelques jours de vacances bien mérités, c’est aux AMFis2018 que l’Espace des Luttes a repris du service et, lors d’une conférence ayant pour thème « Comment organiser une lutte victorieuse », a accueilli des camarades dont l‘expérience de la lutte a pu profiter à toutes celles et tous ceux qui étaient venu les écouter : SCOP-Ti, ARJO-WIGGINS, FREE-MOBIPEL, LA POSTE, et, évidemment, les camarades de McDo St Barthélémy ont pu venir à la rencontre des Insoumis​.es présent.e.s .

A cette occasion, Jean-Luc Mélenchon nous a fait le plaisir et l’honneur de venir dire quelques mots à l’ouverture de notre conférence-débat, soulignant par sa présence l’importance que revêt la lutte dans le combat que nous menons contre le libéral-capitalisme.

Nous avons pu également rencontrer les salariés de McDo St Barthélemy en lutte pour le maintien de leur restaurant en compagnie de Danièle Obono et Eric Coquerel, députés de la France Insoumise. Lors d’un rendez vous de plus d’une heure sur place, ils nous ont expliqué comment McDo s’y prend pour détruire le lien social et l’action syndicale dans ses restaurants, avec la complicité de ses franchisés, en organisant la vente des restaurants, en particulier celui de St Barthélémy à une société qui va clairement servir à faire disparaître la revendication syndicale du paysage. La justice vient de donner raison aux salariés et a purement et simplement interdit la vente du restaurant de St Barthélémy, dont les salariés ont travaillé un projet alternatif de reprise en SCOP qui permettrait de maintenir l’emploi et garder l’enseigne dans ce quartier totalement abandonné par les collectivités locales. Un bel exemple de lutte et de prise en main par les citoyens de leurs destinées.

Enfin, nos amis marseillais ont été reçu à Bercy par un délégué interministériel, afin de lui présenter leur projet et mettre en évidence les incohérences de l’attitude de McDo et de son franchisé, et celui ci s’est avoué très impressionné de la maitrise de leur dossier par nos camarades. L’Espace des Luttes était à leur coté ce 5 septembre.

Un été finalement bien chargé pour l’Espace des Luttes et qui va se poursuivre avec une rentrée tout aussi fournie ! Les prochains sujets les plus emblématiques, parce qu’ils synthétisent à peu près toutes les caractéristiques de la doxa libéralo-capitaliste contre laquelle nous luttons et qui vont nécessiter toute notre attention sont :

  • La situation de la sidérurgie, avec la demande de la fédération de la métallurgie CGT d’une table ronde sur ce sujet au moment où le rachat par ARCELOR MITTAL de l’italien ILVA qui, compte tenu des règles européennes sur la concentration des industries, va fortement déstabiliser le marché de l’acier en Europe par l’obligation de cession ou de fermeture de certains actifs du groupe. Les camarades métallo doivent être reçus dans les prochains jours à l’Assemblée Nationale.

  • La situation de l’Hôpital public, qui va se dégradant de jour en jour. La situation est particulièrement insupportable dans l’hôpital psychiatrique qui est le laissé pour compte d’un secteur exsangue, c’est dire !!! Réflexion entendue à propos de l’hôpital pendant les AMFis2018 : « Certains hôpitaux français vont très mal, les autres, c’est pire ! » mais pendant ce temps là Agnès Buzyn, ministre de la santé, continue de nous jouer sa petite musique sur l’air de « Tout va très bien, Madame la Marquise »…

  • La situation de la RATP où, ça vient d’être annoncé, « l’ouverture à la concurrence » , i.e. la « privatisation », des réseaux de bus est à l’étude.

  • La situation d’Air France, où les revendications des salariés regroupés en intersyndicale depuis plusieurs mois pour voir leurs salaires réajustés n’ont toujours pas été satisfaites. Alors que cela fait 6 ans que les salaires sont gelés, les salariés réclament un peu plus de 5% de réajustement. Le refus de la direction d’accéder aux revendications légitimes des personnels, au moment où, en catimini, AIR France-KLM recrute un nouveau PDG qui va être rémunéré plus de trois fois plus que son prédécesseur, est vécu comme une gifle dont ils ont bien l’intention de faire sentir la douleur à ceux qui la leur ont assénée. La rentrée va être très chaude à Air-France !!

Il va de soi que nous continuons de suivre tous les dossier chauds, et que nous sommes toujours mobilisés pour soutenir les luttes qui s’organisent ici ou là. N’hésitez pas à nous faire remonter les infos et les dossiers qui nécessiteraient du soutien. Le mail de l’Espace des Luttes est ouvert : [email protected]

Nous organiserons une réunion de coordination de l’Espace des Luttes aux alentours de la fin septembre début octobre : restez à l’écoute, plus d’infos bientôt sur la date et le lieu de cette réunion, dont l’objet portera sur un tour d’horizon des luttes en cours, la préparation de la convention de la FI de décembre, et la place des luttes dans la campagne des européennes.

D’ici là, il va de soi que nous vous appelons à vous joindre massivement au mouvement de la journée du 9 octobre prochain, ou une large intersyndicale appelle à la grève et à manifester contre la politique sociale de Macron. Profitons de ce qu’il est en position de faiblesse comme jamais depuis 17 mois pour enfoncer le clou ! Toutes et tous dans la rue le 9 octobre !