Rentrée des insoumis·es de Pantin au quartier des Courtillières

dans Bastien Lachaud, Laetitia Pison, Leïla Chaibi, Nos parlementaires

Le samedi 1er septembre, Bastien Lachaud participait au « bal de rentrée » organisé par les Groupes d’Action de La France insoumise, au parc des Courtillières à Pantin.

Au cours de la semaine précédente, les insoumis·es avaient réalisé plusieurs séries de porte-à-porte pour convier les habitant·e·s à se retrouver le samedi après-midi pour partager un moment convivial et échanger autour de l’actualité politique et des problèmes du quotidien. Une mobilisation qui s’est avéré payante, puisque c’est presque une cinquantaine de personnes ainsi que de nombreux enfants qui se sont retrouvées le 1er septembre sur la pelouse pour partager des boissons, des jeux er un gouter de l’amitié et discuter.

Un débat organisé sur l’herbe a rassemblé les habitant·e·s et les militant·e·s. Outre le député Bastien Lachaud et la députée suppléante Samia Sadat, Leïla Chaibi et Laetitia Pison, candidates de La France insoumise aux élections européens, et Grégory Darbadie, conseiller municipal d’opposition La France insoumise à Pantin, étaient également présent·e·s. Les échanges ont permis aux habitant·e·s de ce quartier populaire de Pantin de témoigner des inquiétudes et des inquiétudes qu’ils et elles rencontrent, et de discuter ensemble des projets qui seraient susceptibles d’améliorer leur quotidien. L’emploi et le pouvoir d’achat ont été au cœur des échanges, en cette période de rentrée où beaucoup ressentent notamment le coût des fournitures scolaires et de l’équipement des enfants. L’aménagement du quartier soulève également beaucoup de questions, notamment en raison de l’isolement relatif dont pâtissent les Courtillières, quartier populaire éloigné du centre-ville de Pantin. Nombreux·ses sont les habitant·e·s à avoir évoqué l’insuffisance des transports publics et l’absence presque complète de commerces de proximité, dont ils souffrent au quotidien.

Des difficultés donc, mais aussi l’espoir et la force de se battre, que l’événement organisé par les insoumis·es, a peut-être contribué à raviver. Plusieurs des habitant·e·s venus à la rencontre des militant·e·s en ce 1er septembre ont en effet laissé leur coordonnées et manifesté leur volonté de s’engager au sein de La France insoumise. Une nouvelle réunion sera prochainement organisée au sein du quartier pour rassembler ces nouvelles énergies et travailler à une mobilisation et une pétition adressée à la municipalité pour réclamer d’avantage de transports publics : des luttes pour résoudre les problèmes du quotidien et construire un pouvoir populaire qui sont autant de petits pas vers un avenir meilleur, en commun.