Question écrite | Stages des étudiants hospitaliers

M. Michel Larive attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les conditions désastreuses dans lesquelles les étudiants hospitaliers font leurs stages. 

Les étudiants hospitaliers sont des étudiants en médecine qui évoluent de la 4ème à la 6ème année de leur cursus universitaire, période anciennement appelée « l’externat », au cours de laquelle ils doivent réaliser des stages en alternance dans des établissements de soins. L’étudiant hospitalier est à la fois étudiant et salarié. L’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France (ANEMF) a consulté des étudiants en médecine concernant leur statut « d’étudiants hospitaliers », et a récemment publié un dossier qui met en lumière les problématiques actuelles, tout en proposant des solutions adaptées. Tout d’abord, l’ANEMF pointe du doigt un manque de sécurisation du temps de travail. En effet, le temps de travail d’un étudiant hospitalier est soumis à une réglementation particulière. Or cette réglementation est très souvent bafouée, soit parce que les responsables hiérarchiques ne la respecte pas, soit en raison de failles inhérentes à cette réglementation. Normalement le temps de travail maximal autorisé est de 48h par semaine. Mais cela représente énormément d’heures, sachant qu’ils doivent suivre en parallèle leurs études. Il s’agit d’une charge de travail considérable. Cette situation est une source de tension et de mal-être importante pour ces futurs médecins. D’autant plus que dans de très nombreuses Unités de Formation et de Recherche (UFR), les étudiants sont amenés à dépasser, dans certains services, cette base légale de 48h. D’autre part les étudiants sont censés bénéficier de 30 jours de congés par an. Mais la plupart du temps ils sont poussés à poser leurs congés au moment des révisions afin d’être sûrs de disposer du temps nécessaire pour travailler leurs cours. En outre, dans certaines facultés, comme à Lille, les étudiants doivent obligatoirement poser leurs congés pendant les périodes de cours. Cette pratique est jugée illégale par l’ANEMF et contraint certains étudiants à renoncer à leurs congés pour ne pas prendre de retard sur leurs cours. L’ANEMF rapporte aussi que les étudiants doivent parfois travailler le week-end, selon une réglementation précise, mais qui serait régulièrement enfreinte par les employeurs. Le rythme imposé à certains étudiants ne leur permet pas de bénéficier ne serait-ce que d’une demi-journée de récupération. L’ANEMF souhaite donc la mise en place rapide d’une concertation sur le temps de travail des étudiants hospitaliers réunissant les directeurs des UFR, les pouvoirs publics et les étudiants, afin de fixer une nouvelle barre du temps de travail maximal, se rapprochant des 35h par semaine. Par ailleurs, l’ANEMF insiste sur la nécessité d’informer les étudiants des recours auxquels ils ont droit en cas de situation abusive, car l’application de la législation actuelle permettrait de mieux les protéger.

Considérant ces éléments, il souhaiterait savoir si vous accepteriez d’organiser la concertation demandée par l’ANEMF, et quelles sont les solutions que vous envisagez d’ores et déjà de mettre en œuvre pour améliorer la situation des étudiants de médecine.