Synthèse sur le chapitre 1 « Faire entendre la voix des peuples en dégageant la caste en Europe »

Document programmatique européen : Synthèse des contributions des insoumises sur le chapitre 1 « Faire entendre la voix des peuples en dégageant la caste en Europe »

Synthèse réalisée par Isabelle MICHAUD (89), Céline GESNIER PARIS (75), Thomas CHANCELIER (38), Paméla HOCINI (95) sur la base des 68 contributions déposées.

L’élection de Macron n’a rien réglé, puisque ce dernier applique les diktats européens, pour une Europe toujours plus libérale.

L’élection européenne, est pour le peuple français, l’opportunité de dire non à la politique du plus riche.

En ce sens, les contributions des insoumis⋅es montrent le désir d’affirmer l’exigence de démocratie et de souveraineté même si les solutions proposées varient : certaines proposent un « nouveau traité » pour remplacer ceux existants, un autre propose de s’inspirer du référendum britannique sur le Brexit, deux autres proposent la création d’une assemblée constituante européenne qui aurait à travailler sur les formes institutionnelles que prendrait une UE véritablement au service des peuples.

La France insoumise et ses alliés européens entendent défendre la souveraineté populaire et le droit à l’émancipation des règles européennes.

Nous proposons :

  • Grâce au « plan B », instaurer un rapport de force puissant et crédible pour peser plus lourd et obtenir des négociations à notre avantage en vue d’un nouveau traité garant des droits et des devoirs pour tous les citoyen⋅ne⋅s de l’Union européenne et validé par un référendum.

  • La sortie de l’OTAN, une exigence de la France insoumise. Le parlement européen en général, et les député⋅e⋅s français⋅es en particulier n’ont aucun pouvoir en la matière qui ne relève des seules instances nationales.

  1. Combattre les traités européens et leur application.

Il y a une très grande disparité des méthodes et calendriers selon les pays pour ratifier les traités.

Nous proposons :

  • Après une phase de pédagogie et avec un droit à une information pluraliste indépendante et alternative, organiser un référendum pour adapter ou non les traités en cours et tenir compte du résultat. Le mode d’adoption devrait être : la commission propose, et ensuite la mise en pratique doit être accepté par le peuple.

  1. Refuser le gouvernement austéritaire de la zone euro et l’indépendance de la BCE.

Les contributions s’accordent pour l’annonce de notre volonté de nous dégager du semestre européen, du traité de la stabilité, la coopération et la gouvernance pour la zone euro, du pacte de stabilité. Ceci relève de l’exercice d’un programme politique « l’avenir en commun » ceci ne relève pas des pouvoirs de nos futur​.es parlementaires européen.es.

Nous proposons :

  • Changer le statut de la BCE, pour pouvoir financer les Etats, mettre fin aux règles imposants la concurrence dans tous les domaines.

  • Dénoncer les collusions / conflits d’intérêts et définir des moyens d’y remédier. Les passerelles de dirigeants entre BCE et les groupes bancaires ou fonds de placements ou agences de notations en général doivent être proscrites.

  • Interdire la pratique du lobbyng de toute nature auprès des instances européennes et proscrire le « pantouflage ».

  1. Lutter contre le commerce des données personnelles et l’impunité des GAFAM.

Ils se gavent avec nos données et nos clics. Obligeons-les à redistribuer les richesses que nous produisons.

Nous proposons :

  • Garantir la non-concentration des médias et la non-marchandisation de l’information.

  • Imposer au GAFAM une fiscalité redistributive.

  1. Restaurer la souveraineté populaire sur les budgets, la fiscalité…

Nous visons une Europe insoumise aux diktats de la commission européenne, et au régime 100% parlementaire. Le parlement doit détenir un pouvoir révocatoire des membres de la commission et de son président. L’organisation actuelle est antidémocratique.

Nous proposons :

  • Soumettre les transactions financières effectuées sur le territoire à une taxe dédiée à la précarité.

  • Assurer les droits fondamentaux à chaque citoyen⋅ne (logement, nourriture, transport, justice, santé et éducation), dans la constitution par une redistribution des taxations financières envers les plus précaires.

  • Interdire les paradis fiscaux présents sur le territoire et lutter contre l’évasion / optimisation fiscale.

12 réflexions au sujet de “Synthèse sur le chapitre 1 « Faire entendre la voix des peuples en dégageant la caste en Europe »”

  1. Dans l’introduction de cette partie, préciser que si nous n’obtenons pas satisfaction dans nos tentatives de renégociation, nous désobéirons aux injonctions européennes quand elles nous semblerons s’opposer à nos principes de souveraineté populaire (ceci afin d’insister sur le fait que nous ne nous inclinerons pas comme l’a fait Syrisa et que le plan B n’est pas un simple effet oratoire).
    Sur la pratique des lobbys le risque est effectivement le fait que cette pratique peut aussi être utilisée par des associations, syndicats ou organismes à but humanitaires ou environnementaux.. Ne serait-il pas plus judicieux plutôt que d’interdire de demander de la transparence : audition publique uniquement.
    Sur les GAFAM, peut-être dans certains domaines, par exemple moteur de recherche ou réseaux sociaux, proposer une coopération européenne pour construire des alternatives afin de s’opposer à leurs positions dominantes dans ces secteurs et aux pouvoirs que celles-ci leur donnent.

  2. Je pense qu’en plus de la sortie de l’OTAN, il faut bien préciser le refus d’une Europe de la Défense, étant quelque chose de vague et sans cible ni but réel et défini (si ce n’est servir les intérêts américains contre la Russie)

    Sur la question de la collecte des données et des GAFAM, imposé plus de contrôle sur les possibilités de collecte et de conservation des données me parait quelque chose vers lequel nous devrions tendre.

    J’ignore si cela est possible, mais je pense qu’il faudrait être plus clair sur ce qu’est le lobbying. Notamment, comme un grand nombre d’associations (notamment écologique) agissent au sein du parlement européen, il faut faire gaffe à ce que celles-ci ne soient en aucun cas visé par notre programme et qu’une distinction soit fait avec les actions des grandes entreprises par exemple. 

    Enfin, je pense qu’il serait utile d’éviter autant que possible d’utiliser des abréviations. Ce genre de texte pouvant vite devenir compliqué, cela faciliterait la lecture à des gens peu habitués à des textes de propositions politiques (J’ai personnellement mis un certain temps à comprendre ce que voulez dire BCE)

  3. On n’a pas suffisamment défendu la nécessité de passer à une VI République en 2017 : résultat voyez la farce qu’est aujourd’hui l’Assemblée Nationale ! Tout ce que portent si vaillamment nos 17 (!) députés ne sont que lettres mortes
    MAIS ça fait on change rien ! : on n’aurait donc rien appris de notre échec des présidentielles et des législatives ?
    ON NE VEUT PAS DE CETTE EUROPE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Y a pas de plan B ou x ou Z
    On change ou on sort point !

  4. Je propose de compléter ce chapitre par l’item suivant
    • Bannir toutes les organisations de lobbying de l’enceinte du Parlement européen et des instances de la Commission 

    cette interdiction des lobbys doit à mon sens être de portée plus générale que celle qui est évoquée dans un autre chapitre sur la santé et l’environnement

  5. Vous craignez vraiment qu’on ne se distingue pas de l’extrême droite et des souverainistes avec la liste proposée ? En plus, La dynastie Lepen a déjà reculé par rapport à la sortie de l’UE et de l’Euro et faut-il berner encore une fois le peuple quant aux possibilités de faire plier la BCE et de négocier le retrait des traités ? Cette bataille n’est pas de type électoral à mon avis, elle est de type militant. Et en général, on y gagne à être très clair au départ.

  6. Bonjour,
    Dans la logique des commentaires que j’ai postés sur la logique générale du texte, notamment la nécessité de bien qualifier la politique de l’UE, afin de différencier notre discours de celui des souverainistes et de l’extrême droite, je propose de renommer ce chapitre et d ele compléter comme suit :

    1) FAIRE ENTENDRE LA VOIX DES PEUPLES CONTRE LA CASTE LIBERALE ET TECHNOCRATIQUE QUI A CONFISQUE L’EUROPE
    • Défendre la souveraineté populaire et le droit à la désobéissance aux règles européennes néolibérales
    • Combattre les traités européens et leur application, qui contreviennent aux aspirations progressistes et solidaires des peuples
    • Refuser le gouvernement austéritaire de la zone euro et l’indépendance de la BCE
    • Lutter contre le commerce des données personnelles et l’impunité des GAFAM
    • Restaurer la souveraineté populaire sur les budgets, la fiscalité…

  7. Le programme est bien trop détaillé. Il faut en rester à des principes de base qui marqueront nos positions. Personne ne veut plus d’un autre carcan européen quel qu’il soit . Nous préférons la coopération libre et entre les peuples souverains.
    En voici les principes de base
    -Retrait de L’UE de l’Euro de l’OTAN qui sont au service du néolibéralisme et nous soumettent
    -Souveraineté du peuple et droits nouveaux pour qu’elle s’exerce concrètement
    -Abolition de tout traité et accord remettant en question la souveraineté populaire ou la menaçant
    -Coopération libre et sans ingérence entre les peuples
    -Économie sociale, solidaire et anticapitaliste
    -Développement économique au service de la société et non du marché ou de la finance
    -Développement des services publics
    _Règle verte ( celle-là suffit pas besoin de mettre d’autres détails comme sortir du nucléaire, etc. car c’est déjà logiquement inclus dans la règle verte)
    -Abolition de la pauvreté

  8. Le chapitre 1 devrait introduire d’emblée l’urgence écologique.
    C’est cette urgence de planification en France et dans toute l’Europe qui peut conduire les plus réfractaires à comprendre la nécessité absolue d’entrer dans le processus de sortie des traités.
    Avec cette affirmation pleinement assumée, la possibilité de faire un choc d’investissements massifs à tous les niveaux pour y faire face devrait balayer toutes les craintes des peuples sinon des financiers.
    La geste économique suivra. Elle devrait être le chapitre 2.
    L’ordre des chapitres, c’est important, non ?

  9. Je ne crois pas à ce programme parce que, pour tout ce que vous voulez faire , il faudrait d’abord sortir de l’UE et de l’euro qui sont des verrous du néolibéralisme. Il faut vraiment penser et réfléchir à une économie sociale et solidaire anticapitaliste. Ici c’est « tout changer pour ne rien changer en profondeur » en fait. On en reste au niveau du dégagisme qui plaît mais qui n’est pas l’essentiel.

  10. 1)Faire entendre la voix des peuples en Europe en dégageant la caste…
    J’ai lu vos 3 propositions divergentes sur le sujet (nouvelle Constitution, s’inspirer du Brexit (???), Assemblée Constituante permettant de travailler sur…)…
    Outre que je souhaiterai un autre langage que… « en dégageant » la caste…(qui se rapproche trop d’un vocabulaire extrême droite à bannir ), les propositions avancées me semblent difficiles à tenir en si peu de temps.!
    Il me semble que promouvoir une ECONOMIE NON-VIOLENTE représenterait plus le programme insoumis (Climat, Justice, lutte inégalités..) tout en permettant de travailler immédiatement et par la suite à changer les paradigmes et critères qui font actuellement que cette Europe soit devenue celle des financiers au détriment des peuples !
    Chantal

  11. je propose la modificatin suivante (en lettres majuscules) pour éviter toute confusion : 

    Nous visons une Europe insoumise aux diktats de la commission européenne et DOTEE D’UN régime 100% parlementaire.

Les commentaires sont fermés.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire