Désertification médicale en Seine-Saint-Denis : Question écrite

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email
Mme Clémentine Autain interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la situation de désertification médicale en Seine-Saint-Denis et l’aggravation des inégalités territoriales en termes d’accès aux soins de santé.
« La diminution inquiétante du nombre de médecins généralistes ne faiblit pas depuis 10 ans »

Dans certains territoires périurbains ou ruraux, la diminution inquiétante du nombre de médecins généralistes ne faiblit pas depuis 10 ans. Entre 2007 et 2016, le nombre de médecins généralistes a diminué de 16 % en Seine-Saint-Denis, là où la baisse nationale était de 9,1 %. En 2017 dans ce département, on comptait 59 cabinets de généralistes pour 100 000 habitants, contre une moyenne en Île-de-France de 69 cabinets. Si la situation nationale n’est déjà pas suffisante, la disparité d’accès aux soins de santé entre Paris et les villes périurbaines qui la bordent n’est pas acceptable. Les habitants de Seine-Saint-Denis font face à des difficultés sévères pour obtenir un rendez-vous chez le médecin généraliste, la situation est encore pire lorsqu’il s’agit d’un spécialiste.

« Ce constat se répercute sur les urgences hospitalières »

En 2014, on trouvait 61 spécialistes pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis, contre 87 spécialistes au niveau régional. Fatalement, ce constat se répercute sur les urgences hospitalières, dont le personnel lui fait régulièrement part de son désarroi face à l’affluence de patients et l’incapacité à accueillir ces personnes dans des conditions décentes. À l’hôpital Robert Ballanger, ces dernières semaines, des patients âgés de 80 ans et plus ont patienté deux jours d’affilée en salle d’attente faute de place et de temps pour être pris en charge.

« 45 % des médecins généralistes approchent de la retraite, il y a donc urgence »

Dans le même temps, le vieillissement des professionnels de santé et la faible installation de nouveaux praticiens généralistes dans les villes périurbaines annoncent l’aggravation de ce phénomène de désertification dans la décennie à venir. 45 % des médecins généralistes approchent de la retraite, il y a donc urgence. Pour l’heure, les villes tentent de jouer le rôle d’amortisseur en créant des centres de santé municipaux. Mais demain, les coupes effectuées dans les budgets publics ne permettront plus ces efforts, qui déjà ne suffisaient pas à endiguer l’affluence de patients.

« Une remise en cause de notre système de santé »

Cette situation n’est pas tenable et remet en cause la capacité de notre système de santé à prodiguer des soins partout, pour tous. La députée Clémentine Autain interroge la ministre sur les moyens mis en œuvre pour faire face dès maintenant aux besoins d’accès à la santé sur tous les territoires.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire