BRENNILIS - Marche citoyenne contre le nucléaire civile et militaire

Tous les acteurs régionaux antinucléaires étaient réunis ce dimanche 18 mars pour défiler en direction de la centrale de Brennilis à l’arrêt depuis 1985. Les différents groupes d’actions insoumis du Finistère étaient accompagnés de militant·e·s du réseau « Sortir du nucléaire » et du « Mouvement de la Paix » pour cette démonstration de force venant clôturer la semaine de votation sur la sortie du nucléaire.

Le lieu était également hautement symbolique puisque la centrale de Brennilis est en cours de démantèlement depuis maintenant plus de 30 ans. Régulièrement repoussée, la fin des travaux serait aujourd’hui estimée aux alentours de 2032 alors que l’addition ne cesse de grimper avec un coût total évoqué de près de 500 millions d’euros. 

Malgré la neige et le vent, 300 personnes se sont réunies dans la ville de Brennilis avant de se diriger vers l’ancienne centrale dans un cortège où se mêlaient différentes organisations antinucléaires. À proximité du bâtiment, diverses interventions ont eu lieu afin de rappeler les dangers autour de cette énergie, mais aussi pour demander l’interdiction des armes nucléaires. Les militant·e·s souhaitaient également agir dans la lignée des actions contre le site d’enfouissement de déchets nucléaires prévu à Bure dans la Meuse. 

Fortement mobilisés, les insoumis locaux avaient organisé une semaine chargée en commençant le 11 mars dernier avec la diffusion à Châteaulin du film « Un climat d’espoir » de Scott Ludlam et José Garcia sur le changement climatique et la filière nucléaire. A cette occasion Marie Nicolas du réseau « Sortir du Nucléaire » et Bruno Laborie insoumis spécialisé dans les questions d’enfouissement des déchets nucléaires sont intervenus. Dans la semaine, plusieurs points de votation étaient tenus dans le Finistère avant la grande marche du 18 mars.