MONTPELLIER - La mobilisation étudiante rejoint celle des retraité·e·s et du personnel des EHPAD

dans À la une, Actualités du mouvement

Comme dans de nombreuses villes de France, ce jeudi 15 mars était synonyme de mobilisation pour les étudiant·e·s contre la sélection à l’entrée de l’Université. C’était le cas à l’Université Paul Valéry de Montpellier où était organisé ce jour-là, avec l’aide des jeunes militant·e·s insoumis·es, une assemblée générale pour décider de la suite du mouvement. Suite à un vote de la foule impressionnante présente dans l’amphithéâtre, le blocage de la l’établissement jusqu’au 26 mars prochain a été adopté à la majorité, ainsi que d’autres mesures visant à faire pression pour le retrait de la loi Vidal. La coordination entre les différentes organisations étudiantes, débutée il y a un mois (voir le tract ci-dessous) a permis le lancement de cette protestation d’ampleur à Paul Valéry qui est désormais rejointe par une grande partie des étudiant·e·s de l’Université.

Pour dire « Non à la Sélection », les étudiant·e·s se sont ensuite organisé·e·s en cortège et ont progressivement rejoint l’autre grande manifestation de la ville. Celle-ci regroupait les retraités dont le pouvoir d’achat a été durement impacté par la hausse de la CSG et le personnel des EHPAD mobilisé depuis maintenant plusieurs mois pour protester contre le manque d’effectif dans les établissements provoquant des conditions de travail impossibles.

Plusieurs milliers de personnes se sont ainsi réunies dans les rues de Montpellier pour faire entendre leur voix et protester contre les réformes du gouvernement d’Emmanuel Macron. Partout en France étaient organisées des manifestations aux revendications similaires avec le soutien de la France insoumise. 

Cette journée de mobilisation nationale se voulait comme un premier signal avant les grands rassemblements programmés pour le 22 mars. Cette fois-ci les cheminot·e·s de la SNCF se joindront au cortège tout comme les fonctionnaires, les pilotes d’Air France et tous les salariés des secteurs durement touchés par la politique du gouvernement.