Ecrire une chanson insoumise

dans Agir près de chez soi, Fiches pratiques

Nombre de participant·e·s : 1 ou plus

Matériel nécessaire :  une feuille, un crayon

Temps nécessaire : 30 minutes

Pourquoi c’est important ?

Une chanson peut accompagner une action de campagne ou une manifestation, écrite sur un air connu, pour attirer l’oreille, l’œil… et les sourires. 

Elle est doublement insoumise : 

– Parce qu’elle ne se soumet pas aux paroles originales…

– Qui sont remplacées par notre discours sur la campagne en question.

Bref, c’est un tract… dont les gens se souviendront !

Comment faire ?

Puisque c’est un tract en chanson, la première chose à faire, c’est de lire le tract ou un argumentaire ou encore de regarder une vidéo d’un·e député·e insoumis·e, en notant au fur et à mesure les idées et mots-clés.

On commence à réfléchir à des formulations humirostico-poétiques de ces idées, éventuellement à une situation dans laquelle un personnage va pouvoir les expérimenter (ça peut nous aider pour le choix de la chanson à détourner).

Choisir sa chanson

Un truc qui marche bien, ce sont les comptines : elles sont souvent connues de presque tout le monde ; comme elles font référence à l’enfance, elles attirent facilement les sourires et créent des contrastes intéressants entre le fond et la forme ; elles sont libres de droits.

On peut aussi utiliser d’autres chansons du répertoire populaire, intéressantes soit par leur rythme (rocks et valses fonctionnent bien et permettent de varier), soit par leur proximité sur le thème ou la situation avec ceux qu’on veut traiter.

A cette étape, le mieux c’est de survoler un sommaire de titres qu’on s’est constitué par ailleurs pour servir de base à plein de chansons insoumises à venir. L’idéal, c’est de trouver des chansons avec des refrains dont les rimes sont les mêmes que les mots-clés qu’on a identifiés : plus on colle à l’original, mieux c’est.

Ecrire sa chanson

Un petit conseil peut être de chanter la mélodie, de compter le nombre de pieds (syllabes) de chaque vers (ligne), même si on peut « tricher » plus facilement en chanson qu’en poésie.

On peut se mettre à deux ou trois pour écrire, il faut compter entre une demi-heure et une heure de recherche pour obtenir un premier jet. 

Chanter sa chanson

Si vous choisissez une comptine, et si vous avez fait cinq ou six couplets, ça peut devenir ronronnant. Le truc alors, c’est de monter d’un demi-ton tous les deux couplets par exemple : ça relance l’attention du public et l’enthousiasme de votre chorale insoumise !

C’est bien de finir en chantant deux fois de suite le refrain, la deuxième fois plus lentement (à l’octave pour celles et ceux qui savent) : c’est une convention qui indique au public que ça se termine et qu’ils vont pouvoir vous applaudir, voire vous parler du fond de ce que vous avez raconté !

Si vous avez choisi une chanson populaire, il est possible de n’utiliser que la mélodie du refrain, les couplets n’étant pas toujours bien connus.

Il ne reste plus qu’à chanter, avec une guitare c’est encore mieux !

Pour aller plus loin :