Naval

Crédit photo : Fred Tanneau/AFP

Question écrite : Situation de l’entreprise Naval Energies

dans Jean-Luc Mélenchon, Nos parlementaires

M. Jean-Luc Mélenchon attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur la situation de l’entreprise cherbourgeoise, filiale de Naval Group, Naval Energies. Commencée en 2013, l’usine de fabrication devrait être terminée au printemps 2018. C’est la première usine du monde dédiée à la fabrication d’hydroliennes océaniques. Elle possède déjà dans son carnet de commandes un projet au Japon et un dans la baie de Fundy au Canada. Naval Energies développe depuis 2008 3 technologies d’énergies marines renouvelables et emploie 250 personnes dans 8 pays différents.

Or en novembre 2017, Laurent Schneider-Maunoury, nouveau directeur de Naval Energies, annonçait la fermeture de 30 postes au sein du site de Cherbourg. En cause, la « non annonce » du Gouvernement aux assises de la mer au Havre, le 22 novembre 2017. M. le ministre Nicolas Hulot prétend vouloir d’abord faire évaluer cette technologie alors que les pouvoirs publics ont déjà dépensé plus de 300 millions d’euros à travers Naval Group et que Naval Energies considère la technologie suffisamment mûre. L’entreprise, possédant une capacité de 25 turbines par an, devait alimenter le projet de ferme pilote au Raz Blanchard, 7 hydroliennes devant être raccordées au réseau en 2020. Or le secteur attend toujours l’appel d’offres sur cette zone. Le secteur des hydroliennes en mer est en construction et a besoin de visibilité et de stabilité sur le calendrier des appels d’offre commerciaux afin de consolider la filière industrielle et pérenniser l’entreprise. De plus, l’activité éolienne française avec Areva et Alstom a été cédée à Siemens-Gamesa et General Electric.L’hydrolien est une technologie que l’État français devrait soutenir du fait de son potentiel non négligeable chez nous, en Europe de l’Ouest, au Japon et en Amérique du Nord.

Ainsi, il l’interpelle sur l’urgence, pour la puissance publique, de lancer les études au Raz-Blanchard. Il lui rappelle l’importance de soutenir les entreprises françaises dans la mise en œuvre de technologies avancées telles que les énergies marines renouvelables.

Retrouvez cette question écrite sur le site de l’Assemblée Nationale