Organiser une journée de solidarité

dans Agir pour la campagne pauvreté, Fiches pratiques

Nombre de participant.e.s : 5 minimum, roulements possibles.

Temps nécessaire : Une journée pour l’action, préparation étalée sur plusieurs semaines

Une journée solidarité peut prendre des formes diverses. Ici nous décrirons celle organisée à Marseille en Décembre 2017, qui a permis la récolte de nombreux dons et la distribution de plus de 300 repas à des sans-abris.

Pourquoi c’est important ?

Plus de 140 000 personnes sont sans domicile en France aujourd’hui. Leur situation est l’une des manifestations les plus visibles de la pauvreté qui frappe violemment de plus en plus de gens dans notre pays. A travers la campagne solidarité de la France insoumise, nous pouvons à la fois dénoncer cette situation et agir concrètement pour aider ces personnes.

Comment faire ?

Le principe général : Récolter des dons alimentaires et textiles et inviter des associations qui œuvrent contre la pauvreté à venir les récupérer en fin de journée. En parallèle, et dans le but de partir en maraude le soir, un atelier confection de paniers repas peut être organisé.

Logistique : Prévoir un espace assez grand pour accueillir les 2 actions simultanément ainsi qu’une animation pour attirer l’attention (barnum, musique, micro…). Peut se réaliser en extérieur comme en intérieur.

Organiser la récolte de dons

Cette action est plutôt facile à réaliser et ne nécessite pas une préparation intensive. L’idée est d’aider les associations qui luttent au quotidien contre la pauvreté en invitant le plus grand nombre à faire des dons non financiers (alimentaires, textiles, chaussures, hygiène…). Dans un souci d’efficacité et de simplicité il peut être décidé que les associations viennent récupérer les dons le soir même de l’action, et ce pour éviter la gestion du stockage.

En amont :

  • Prendre contact avec des associations locales luttant contre la pauvreté
  • Identifier leurs besoins (nourriture, textiles, produits d’hygiène…)
  • Déterminer les besoins logistiques (local, cartons…) et convenir de la durée de l’action « récolte »
  • Communiquer au plus grand nombre en invitant à déposer les dons (la communication peut être générale en incluant la récolte et la maraude), préparer des affiches pour annoncer la Journée et les coller partout.
  • Convenir des modalités de récupération avec les associations

 

Le jour J :

  • Organiser le lieu et prévoir différents espaces (préparer des affichettes facilitant le tri, par exemple : hommes/femmes/enfants/produits d’hygiène/conserves…)
  • Réceptionner les dons et les trier directement en les mettant dans les bons espaces
  • Vérifier le bon état des produits textiles et la date de péremption des denrées alimentaires
  • Contacter les associations pour confirmer l’heure de récupération des dons
  • Accueillir les associations et leur remettre les dons

 

Organiser la maraude

Un atelier confection de paniers repas peut être proposé le même jour et dans le même lieu. Pour ce faire vous pouvez inviter les insoumis.es à venir déposer des plats froids de type salade de riz, sandwichs ou taboulé par exemple. Au fil de la journée, ces plats seront conditionnés par les volontaires présent.e.s, puis complétés avec du pain, des fruits et des éléments de vaisselle pour devenir de véritables paniers repas. Pour cette action il est nécessaire de prévoir une équipe conséquente de volontaires (minimum 5).

En amont :

  • Déterminer la forme que prendra l’action (cuisine sur place, réception de plats déjà faits…)
  • Penser aux conditions climatiques (s’il peut-être sympa d’organiser un atelier cuisine en direct et en extérieur en été cela est beaucoup plus difficile en hiver par exemple)
  • Faire circuler l’information dans les Groupes d’action
  • Acheter le matériel nécessaire (dans le cas de Marseille : barquettes, couverts jetables, serviettes, sacs pour réaliser les paniers repas, etc)
  • Prévoir une équipe de bénévoles pour aider à la confection des paniers repas
  • Repérer les lieux où se retrouvent les sans-abris et les plus démunis, pour cela ne pas hésiter à demander aux associations locales qui œuvrent dans ce domaine.

Le jour J :

  • Prévoir un espace bien distinct de la partie récolte de dons
  • Prévoir des tables, des chaises et des ustensiles de cuisines divers
  • Réceptionner au fil de la journée les plats offerts par les insoumis et confectionner les paniers repas (exemple d’un panier type : une barquette de salade de riz, un morceau de pain, un fruit, un biscuit, une fourchette, une serviette)
  • Partir en maraude une fois que les associations venues pour la récolte sont parties.
  • Prévoir des véhicules pour charger les paniers repas si les zones de distribution sont éloignées
  • Distribuer les paniers repas

Cette journée solidarité est un exemple parmi d’autres d’actions concrètes, qui nécessite finalement peu de moyens financiers (pour cet exemple le budget pour ces 300 repas distribués s’est élevé à une cinquantaine d’euros pour l’achat de la vaisselle et des barquettes principalement).