Communiqué – UNE PANNE DE FAUTEUIL QUI EN RÉVÈLE UNE AUTRE

dans Adrien Quatennens, Assemblée nationale

Le récit du calvaire vécu par Loïs dans la nuit du 30 au 31 décembre 2017 met en lumière l’incapacité des services publics à répondre positivement à des situations d’urgence.

Pompiers, policiers et SAMU n’ont pas été en mesure de lui porter secours. L’article paru dans la Voix du Nord ce 10 janvier indique que ces différents services ne considéraient pas sa situation comme des plus urgentes. Impossible pour eux de faire face à sa demande. La faute à des moyens insuffisants qui conduisent à une hiérarchisation des priorités qui manque d’humanité et qui met en défaut le service public dans ce genre de situations. En parallèle, on constate que des policiers se partagent « une voiture pour 18 bonhommes » comme le relate l’un d’entre eux dans le même exemplaire de la VDN. Les pompiers ont vu leurs effectifs chuter ces dernières années. Ce ne sont pas les fonctionnaires en service qui sont fautifs, mais l’austérité imposée à tous, agents et usagers. Elle est accrue par le gouvernement et de nombreux élus des collectivités qui mettent en musique cette course macabre à l’amaigrissement.

Que ce serait-il passé si le thermomètre était encore descendu et si d’autres personnes s’étaient retrouvées en difficulté ? L’austérité peut tuer. Nous devons y mettre fin et donner les moyens nécessaires aux différents services publics sur nos territoires.

 

 

Article de la Voix du Nord -> http://www.lavoixdunord.fr/293671/article/2018-01-09/victime-de-la-batterie-de-son-fauteuil-roulant-une-personne-handicapee-passe-la