Votez sur les principes de la France insoumise

dans Convention

Suite à la boite à idées sur l’organisation de la France insoumise, une synthèse des travaux a été publiée. A partir de ce résumé, le groupe de travail en charge de la synthèse a proposé un premier document des « Principes de la France insoumise » qui a été soumis à commentaires.

A partir de la synthèse et des 272 contributions postées, une nouvelle version des « Principes de la France insoumise » est proposée pour adoption par les insoumis.es.

Suivant plusieurs contributions, l’ordre des principes a été modifié pour faire apparaitre dans un premier temps la dimension évolutive de la France insoumise et rappeler notamment que ses principes sont amenés à être précisés au fur et à mesure de l’évolution du mouvement.

L’attachement des insoumis à l’écologie et à la laïcité a également été renforcé dans le second principe, ainsi que la dimension internationaliste de notre mouvement qui a vocation à « nouer des relations avec les mouvements d’autres pays qui agissent dans le même sens ».

Comme proposé par plusieurs insoumis, la vocation du mouvement à être un mouvement populaire est illustrée dans le 3ème principe qui rappelle la nécessité de permettre « l’implication des personnes avec des faibles ressources financières en faisant vivre la solidarité interne ».

La volonté des insoumis.es de conjuguer participation collective et forme novatrice de rassemblement, mettant à distance les compétions internes pour favoriser la recherche du consentement, est introduite dans le 4ème principe qui précise que « Le mouvement expérimente progressivement les modalités démocratiques les plus adaptées à cette orientation. ».

Plusieurs contributions proposaient d’inclure dans la dimension culturelle du mouvement de la France insoumise son soutien aux expérimentations concrètes d’une nouvelle société, comme par exemple les AMAPs ou les entreprises sous forme coopérative. C’est pourquoi cette idée a été ajoutée dans le 5ème principe.

Comme proposé dans certaines contributions, il a été ajouté dans le 7ème principe l’idée que la France insoumise « appuie les mobilisations collectives de la société qui défendent des objectifs similaires aux siens ».

Afin de tenir compte de remarques formulées sur les differents types de groupes d’action, et par cohérence avec la charte des groupes d’action proposée au vote des insoumis.es, il est précisé dans le 8ème principe les différents types de groupes d’action existant (géographique, professionnelle, fonctionnelle ou thématique).

L’attachement à une transparence financière au sein de la France insoumise est également ajouté dans le 9ème principe.

Le 10ème principe a été réécrit pour une plus grande clarté et plus grande précision sur les différents espaces nationaux et sur la mise en place de l’assemblée représentative, qui doit associer des membres de ses espaces et des insoumis.es tiré.e.s au sort, notamment parmi les membres des groupes d’action.

Enfin, reprenant des propositions formulées par les insoumis, il a été ajouté dans le 11ème principe que la France insoumise présentait des candidat.e.s aux élections qui s’engagent sur une charte éthique et politique.

Les principes de la France insoumise

1) La France insoumise est un mouvement évolutif. Il cherche à inventer une nouvelle forme de rassemblement citoyen. Ces principes d’organisation sont donc précisés au fur et à mesure de son évolution, à partir des retours d’expérience, notamment au moment des conventions annuelles.

2) La France insoumise est un mouvement humaniste. Il promeut l’émancipation globale de la personne humaine, la souveraineté populaire, la justice sociale, la laïcité, l’écologie, l’harmonie entre les êtres humains et leur écosystème. Il noue des relations avec les mouvements d’autres pays qui agissent dans le même sens et travaille de concert avec celles et ceux qui partagent ses objectifs.

3) La France insoumise est un mouvement ouvert et populaire. Il ne demande ni carte d’entrée ni cotisation et rassemble toutes celles et ceux qui agissent pour promouvoir le programme « L’avenir en commun ». Il met en œuvre la parité. Il favorise l’implication des personnes avec des faibles ressources financières en faisant vivre la solidarité interne. Il facilite l’action de chacun.e en son sein en proposant des formations s’appuyant sur les méthodes de l’éducation populaire.

4) La France insoumise est un mouvement bienveillant et inclusif. Les compétitions internes, les conflits de personnes et les affrontements de courants n’y ont pas leur place, tout comme les propos ou les comportements violents, sexistes, racistes, antisémites ou LGBTphobes. Les prises de décisions par consentement sont privilégiées afin d’éviter les écueils liés aux clivages et aux mises en minorité. Le mouvement expérimente progressivement les modalités démocratiques les plus adaptées à cette orientation.

5) La France insoumise est un mouvement culturel. Face au délitement des sociétés auquel conduisent les politiques libérales, il ne limite pas son action au champ politique mais l’étend dans toutes les sphères pour créer du commun et faire société. Il promeut et relaie des outils d’information alternative pour lutter contre l’idéologie dominante et s’engage dans les expérimentations concrètes d’un nouveau monde.

6) La France insoumise est un mouvement tourné vers l’action. Son activité est organisée en campagnes d’actions sur l’ensemble du territoire. Son énergie, ses savoir-faire, ses compétences et ses moyens financiers sont mis au service de l’action dans la société à travers l’utilisation d’une plate-forme numérique facilitant la mise en mouvement et le partage des expériences

7) La France insoumise est un mouvement utile tout de suite. Une partie significative de son activité est consacrée à des actions de solidarités concrètes. Il impulse et soutient des dynamiques d’auto-organisation populaire à partir des colères et des indignations quotidiennes. Il appuie les mobilisations collectives de la société qui défendent des objectifs similaires aux siens.

8) La France insoumise est un mouvement réseau. Il fédère des groupes d’action qui se constituent par la volonté des insoumis.es sur une base géographique, professionnelle, fonctionnelle ou thématique. Ces groupes s’organisent selon une charte définie collectivement et disposent d’une autonomie d’action dans le respect du programme « L’avenir en commun ».

9) La France insoumise est un mouvement collectif et transparent. Ses principales orientations et campagnes sont déterminées par une consultation en ligne des insoumis.e.s organisée régulièrement, notamment à l’occasion de ses conventions annuelles. Il promeut une multiplicité de formes de participation permettant à chacun.e. d’être utile dans le respect de son rythme et de son degré d’engagement. L’utilisation de ses ressources financières est publique.

10) La France insoumise est un mouvement polycentrique. Il est doté :

  • d’une équipe opérationnelle divisée en plusieurs pôles ouverts à la participation de toutes et tous pour mettre en œuvre les tâches nécessaires aux campagnes du mouvement;
  • d’une équipe programmatique assurant la coordination du programme, l’animation et le suivi des livrets thématiques et des ateliers des lois qui sont ouverts à tous les insoumis.es;
  • d’un groupe parlementaire réunissant ses député.e.s;
  • d’espaces nationaux de conseil et de propositions (notamment un espace politique et un espace des luttes) dont le fonctionnement est régi par un texte de définition;

Il met en place un comité électoral et une assemblée représentative réunissant des membres de ces différents espaces nationaux et des insoumis.e.s volontaires tiré.e.s au sort, notamment au sein des groupes d’action.

11) La France insoumise est un mouvement qui se prépare à gouverner. Il décline le programme « L’avenir en commun » et ses livrets thématiques en ateliers des lois pour bâtir avec les citoyen.ne.s ce qui est bon pour tou.te.s. Autour de ce programme, il présente des candidats aux élections qui s’engagent sur une charte éthique et politique. Ses élu.e.s agissent en lien avec le mouvement en se regroupant autour d’une charte des élu.e.s insoumis.e.s.