Biographie

Qui es-tu ? 

Politologue (PhD CEVIPOF, dir. Pascal Perrineau), je suis diplômé en affaires publiques (Sciences Po) et en entrepreneuriat (EMLyon). J’ai donné des cours à Sciences Po, à Paris-1 Panthéon Sorbonne, à l’Université Paris-Est Créteil. Actuellement j’enseigne à l’Université de Bretagne occidentale. Essayiste, j’ai notamment écrit « Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants? » (BDL, 2015, préface d’Emmanuel Todd) et « La Mondialisation malheureuse » (First, 2016, préface de Bertrand Badie).

Comment a commencé ton engagement ?

Né dans une famille de droite, mes idées ont évolué par paliers jusqu’à devenir altermondialiste et marxiste. Intervenant dans les mass medias comme analyste politique, je suis ensuite devenu éditorialiste (RMC, Europe 1…), puis intellectuel engagé à gauche (par exemple contre la diabolisation des jeunes de banlieue). En 2017, constatant que les idées de l’Avenir en commun sont les miennes, j’ai rejoint La France insoumise et suis devenu coresponsable de l’école de formation Insoumise (eFi).

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

Les combats que je souhaite mener sont la lutte contre la « mondialisation malheureuse » (commerce international inéquitable, pillage des ressources du Sud, esclavage moderne, « réformes structurelles » du FMI, …), la lutte contre les réformes antisociales (casse de nos droits et protections sociales, autodestruction de nos services publics, transformation de services publics en marchés, …) mais aussi la lutte contre la diabolisation des jeunes de banlieue (et par extension du rap).