Biographie

Qui es-tu ? 

J’ai 24 ans ; je suis né et j’ai grandi à Clermont-Ferrand, d’une famille d’ouvrier·e·s Michelin et de paysan·ne·s. Je suis ingénieur agronome et aujourd’hui doctorant en économie ; je travaille spécifiquement sur les exploitations agricoles d’élevage du Massif central. A l’occasion des élections présidentielles de 2017, j’ai été rapporteur du chapitre « Planification écologique » du programme de la France insoumise, L’Avenir en Commun.

Comment a commencé ton engagement ?

Je me suis engagé politiquement en 2011, à l’occasion de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Je ne pouvais pas voter à cette élection, mais voulais agir sans attendre pour ne pas être la génération « pots cassés » du capitalisme. J’ai eu très tôt une conscience écologiste. La planification écologique que proposait Jean-Luc Mélenchon me semblait la manière la plus pertinente pour répondre à la fois à l’urgence climatique et à la nécessaire dé-financiarisation de l’économie.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

Je souhaite porter un combat qui me tient particulièrement à cœur : rendre sa dignité au monde rural et paysan. La politique européenne a enfermé les agricultrices et les agriculteurs dans un système productiviste qui les épuise, tout comme les ressources naturelles, en les livrant à la compétition mondiale et à une agro-industrie toujours plus cynique. Le combat pour la transition agricole, c’est un combat pour garantir aux paysan·ne·s de nouveaux droits et une digne rémunération de leur travail.