Biographie

Qui es-tu ? 

Je suis un fils d’ouvrier et d’une aide-soignante vivant dans un quartier populaire et ayant fait des études courtes (BEP et BAC Pro Commerce). Comme beaucoup de personnes de ma génération, j’ai eu plusieurs emplois alimentaires et ai eu à codiriger deux TPE et une compagnie de danse. Récemment, j’ai quitté mon entreprise pour devenir organisateur dans une association où je pratique et forme à l’auto-organisation dans ma ville natale Montpellier.

Comment a commencé ton engagement ?

Me réclamant du mouvement ouvrier, pour moi les termes “gauche” et “homme politique” sont synonymes de trahison. Et jusqu’à récemment, l’abstentionnisme était un acte politique. J’ai rejoint la France insoumise lors de l’élection présidentielle 2017. Le programme l’Avenir en commun me sembla le bon. Le candidat Jean-Luc Mélenchon donna assez de gages pour me convaincre. La stratégie populiste de la France insoumise par la révolution citoyenne me convint de m’engager.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

La souveraineté populaire, les politiques de la ville et les questions propres à la répartition des richesses sont les sujets que je porte. Mon expérience de chef d’entreprise me pousse à étudier les questions européennes autour des traités de libre-échange, les relations entre nos petites entreprises et les multinationales et bien évidemment, les risques d’effondrement systémique dû à l’activité économique de l’humanité qui engendre le dérèglement climatique qui a lieu sous nos yeux.