Biographie

Qui es-tu ? 

Je suis Manon Aubry, j’ai 29 ans et j’ai été ces quatre dernières années la porte-parole d’une ONG de lutte contre l’évasion fiscale et les inégalités. J’y ai mené des travaux de recherche sur les paradis fiscaux ou les grandes entreprises et plaidé en faveur d’un partage plus équitable des richesses auprès des médias, du grand public et des acteurs politiques. En parallèle, j’enseigne les droits de l’Homme à Sciences Po Paris.

Comment a commencé ton engagement ?

Mon engagement a commencé tôt : dès mes années lycéennes dans le Var, j’ai coordonné la mobilisation contre les réformes Fillon et le Contrat Première Embauche et milité pour le Non au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen en 2005. J’ai ensuite poursuivi mon engagement dans un cadre syndical à l’UNEF lors de mes études à Sciences Po. C’est enfin sur le plan professionnel que je me suis engagée, en travaillant dans différents pays d’Afrique dans l’humanitaire et les droits de l’homme. Après avoir passé mes quatre dernières années au sein d’une ONG à traquer ceux qui ne paient pas leurs impôts et alerté sur l’explosion des inégalités, c’est avec grand honneur que je rejoins La France insoumise pour prolonger mon engagement, avec le souhait de pouvoir accéder à un rôle différent qui complète celui, essentiel, de la société civile.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

Dans le prolongement de mon engagement de ces dernières années, le premier combat que je souhaite mener est celui de la lutte contre l’évasion fiscale. Après la succession de scandales d’évasion fiscale en Europe, qu’a fait l’Union européenne ? Une liste de paradis fiscaux sur laquelle il ne reste que 5 Etats dont aucun paradis fiscal notoire et surtout aucun pays européen comme l’Irlande ou le Luxembourg. Il est temps d’avoir une action forte à l’encontre des paradis fiscaux et de faire de la justice fiscale une des priorités de l’Union européenne !