Biographie

Qui es-tu ?

De mère nord-irlandaise et père alsacien, j’ai grandi dans la banlieue nord de Paris. J’habite dans une petite ville de la région orléanaise depuis 18 ans, après des études en France et en Irlande (ENS, Sorbonne Nouvelle, doctorat sur l’histoire à l’école en Irlande). Enseignante-chercheuse à l’université d’Orléans, j’enseigne l’histoire et la société irlandaises et britanniques, mes recherches portent sur les politiques éducatives en Irlande et ailleurs (histoire, religion, citoyenneté).

Comment a commencé ton engagement ?

J’ai rejoint ATTAC en 1998 parce que j’avais une conscience forte du lien entre la dérégulation du capital au niveau mondial et les injustices et inégalités sociales à tous les niveaux, puis le PG et enfin La France insoumise pour la cohérence de l’approche alliant progrès social et écologique. Syndicalement, je me suis battue dans mon université contre la loi LRU, et ses avatars depuis. L’engagement politique, citoyen est pour moi une nécessité aujourd’hui si on veut vraiment changer les choses.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

Je veux vivre, je veux que mes enfants et ceux des autres vivent, dans un monde civilisé, où ils peuvent s’épanouir. La « civilisation », c’est ou ça devrait être le respect et le soin de tous les humains comme de l’environnement : contre la compétition et la domination comme dogmes destructeurs, le combat écologique est aujourd’hui intimement lié au combat pour le bien commun, pour la chose publique (transport, santé, recherche, formation etc.) et pour la justice sociale, partout.