Biographie

Qui es-tu ? 

J’ai 56 ans, mariée, trois enfants. Mon engagement syndical avec la CGT depuis ces dix dernières années m’a conduit à assurer de nombreuses responsabilités, à la fois en tant que conseillère prud’homale mais aussi en tant que membre du CHSCT, du comité d’entreprise et du comité central d’entreprise au sein de l’usine Goodyear Amiens nord. J’ai compris que la lutte pour le maintien des emplois était aussi un combat pour défendre la dignité des 1 200 salarié·e·s éprouvé·e·s par des années d’humiliation.

Comment a commencé ton engagement ?

J’ai franchi la frontière que sépare l’action syndicale de l’engagement politique quand, une fois tous les recours légaux exploités pour entraver la fermeture du l’usine, j’ai pris acte que la loi ne protège pas l’intérêt collectif face aux intérêts économiques particuliers. « Quand la loi ne protège pas, il faut changer la loi ».

Il faut pour cela porter la construction de nouvelles règles sociales et économiques à l’échelle de l’Europe, lutter contre les lobbyings économiques, les délocalisations et dénoncer les courants de pensée qui tentent d’imposer la résignation face à l’ultralibéralisme économique que serait l’unique choix de société.

C’est à partir de cette logique que j’ai apporté ma contribution en tant que coprésidente du comité de soutien à la campagne des législatives de François Ruffin en 2017.

 

Mon actualité