Biographie

Qui es-tu ? 

Père de 3 enfants, je suis fils d’un père ukrainien et d’une mère allemande. Scolarisé jusqu’à 17 ans, titulaire d’un CAP d’électricien en 1985, je suis porteur de journaux avant l’école de la primaire jusqu’à mes 17 ans. Dès 14 ans, après le décès de mon père, je prends en charge l’ensemble du travail pour subvenir aux besoin de ma famille. Je deviens couvreur dans le BTP pendant 1 an puis pompier volontaire à 16 ans, de Paris à 18 ans et professionnel dans les Pyrénées-Atlantiques en 2001.

Comment a commencé ton engagement ?

Mon métier consiste à agir dans l’urgence. Par conséquent, la situation de crise que vit notre pays m’a décidé à me lancer. Ayant des connaissances politiques très basiques, j’ai décidé à l’époque de rejoindre un groupe d’action. Séduit par les rencontres que j’ai pu y faire, mon engagement n’a jamais cessé depuis. Pourquoi la France insoumise ? L’Avenir en commun. J’ai pu y lire ce que je n’avais jamais su écrire et qui pourtant sommeillait au fond de moi. Le temps était alors arrivé que j’accompagne ce projet.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ? 

Localement, je suis particulièrement impliqué sur le sujet de la pollution du bassin de Lacq, avant même le scandale Sanofi. Je milite également sur d’autres dossiers comme la ferme des 17 000 porcs d’Escoubes, le trafic routier dans la vallée d’Aspe, la recherche d’hydrocarbures dans le Nord Béarn. Au niveau européen j’aimerais m’impliquer dans le renforcement d’une sécurité civile européenne en raison des risques climatiques et technologiques toujours plus destructeurs mais aussi agir pour sortir les produits agricoles du système spéculatif.