Confinement : comment prévenir et agir contre les violences conjugales ?

Violences conjugales femmes confinement

Article rédigé par le groupe thématique « Égalité Femmes Hommes » de La France insoumise. Vous aussi, rejoignez un groupe thématique. En ces temps exceptionnels de confinement total, une problématique majeure touche de trop nombreuses femmes : comment prévenir et agir contre les violences conjugales ?  Chaque année, 220 000 femmes sont victimes, en France, de violences physiques et/ou … Lire plus

Covid-19 : un risque climatique mais peu de risque de pénurie pour l’approvisionnement en énergie

Pylone électrique

Article rédigé par le groupe thématique « Énergie » de La France insoumise. Vous aussi, rejoignez un groupe thématique. Si les différents secteurs énergétiques français et mondiaux sont évidemment affectés par la crise du Covid-19, il semble que cela n’ait que peu de risque de déboucher sur une rupture d’approvisionnement. En revanche, la tenue des objectifs climatiques risque … Lire plus

Pas d’expulsion sans solution - ou comment passer de la trêve hivernale à la trêve générale

logement

Pendant ces jours de confinement les groupes thématiques de la France insoumise ont décidé d’apporter leur contribution à travers des réflexions sur la situation actuelle. Chaque jour, un ou plusieurs articles d’analyses seront mis en ligne et produits par un des groupes thématiques. Retrouvez ces productions sur la page de l’espace programme. Il aura fallu une crise … Lire plus

Coronavirus : les 11 mesures d’urgence proposées par la France insoumise

L’épreuve sanitaire traversée par la France avec le Covid-19 place notre peuple dans une situation inédite. La violence de la situation change le cours de l’histoire. Les règles de fonctionnement de la société telle que nous la subissons nous ont exposés au risque et nous condamnent au désastre humanitaire si nous n’en changeons aussitôt que … Lire plus

Covid19 : l’Outre-mer doit pouvoir réagir aux situations d’urgence

Ce jeudi 19 et vendredi 20 mars, l’Assemblée nationale siège dans des conditions extrêmement particulières pour pouvoir voter des mesures d’urgence dans la lutte contre le Covid19. J’ai tenu à déposer un amendement abordant la situation particulière des territoires d’outre-mer pour apporter une réponse concrète à une situation que nous avons vécue à La Réunion. En effet, tout … Lire plus

La place des transports publics dans la crise sanitaire actuelle

Pendant ces jours de confinement les groupes thématiques de la France insoumise ont décidé d’apporter leur contribution à travers des réflexions sur la situation actuelle. Chaque jour, un ou plusieurs articles d’analyses seront mis en ligne et produits par un des groupes thématiques. Retrouvez ces productions sur la page de l’espace programme. Depuis le début de la … Lire plus

CORONAVIRUS : priorité à l’humain et la souveraineté, pas au marché !

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Le 19 mars 2020, Jean-Luc Mélenchon intervenait sur le projet de loi de Finances rectificatif lié au coronavirus. Il a dénoncé le fait qu’un certain nombre d’amendements des insoumis permettant de suivre les recommandations de l’OMS aient été jugés irrecevables. Il a appelé à sécuriser les moyens des ménages et de l’État, notamment en mettant à contribution les plus riches par le rétablissement de l’ISF et la suppression des niches fiscales permettant l’évasion d’un certain nombre de ressources. Jean-Luc Mélenchon a enfin expliqué qu’il fallait utiliser le moment pour donner la priorité à l’humain et à la souveraineté pour relocaliser notre production, mais aussi à ce que les salariés puissent se réunir pour définir les règles dans lesquelles ils estimaient pouvoir continuer le travail.

Hébergement et sans abrisme dans la crise sanitaire du Covid-19

Pendant ces jours de confinement les groupes thématiques de la France insoumise ont décidé d’apporter leur contribution à travers des réflexions sur la situation actuelle. Chaque jour, un ou plusieurs articles d’analyses seront mis en ligne et produits par un des groupes thématiques. Retrouvez ces productions sur la page de l’espace programme. Les personnes sans abri (vivant … Lire plus

Covid-19 et numérique : entre civisme numérique et questions politiques

Pendant ces jours de confinement les groupes thématiques de la France insoumise ont décidé d’apporter leur contribution à travers des réflexions sur la situation actuelle. Chaque jour, un ou plusieurs articles d’analyses seront mis en ligne et produits par un des groupes thématiques. Retrouvez ces productions sur la page de l’espace programme. La crise sanitaire Covid-19 … Lire plus

Coronavirus : « La défense de l’intérêt général humain ne doit pas rencontrer de limites »

Intervention de Jean-Luc Mélenchon le 19 mars 2020 en Commission des Finances de l’Assemblée nationale dédiée aux mesures sur le coronavirus.
 
Voici la retranscription de cette intervention (seul le prononcé fait foi) :
 
L’état d’esprit général dans lequel on va présenter des amendements. D’abord je commencerai par dire qu’il a fallu travailler vraiment très vite. Je forme le souhait qu’on puisse si c’est possible prévoir mieux et qu’on décide de la cadence à laquelle se tiendront nos rencontres de manière à contraindre, sous doute aussi, le gouvernement à déposer plus en amont ses prévisions et nous permettre de travailler utilement.
 
Alors pour le reste, dans une situation de péril commun et universel, la défense de l’intérêt général humain ne doit pas rencontrer de limites, ne doit pas rencontrer de limites, ne doit pas rencontrer de limites, ni celle de la propriété privée ni celle des intérêts particuliers ici ou là. Le facteur humain est premier, nous sommes des animaux sociaux et par conséquent même une épidémie est d’abord un fait social.
 
Notre première préoccupation, une fois que la ligne de front est en place au niveau sanitaire et alimentée correctement pour qu’elle puisse faire son travail, c’est la protection et la sécurisation matérielle des gens. Il est très important qu’on ne crée pas, ou ne soit pas créé, de facteur de panique ou de désorganisation parce que les gens auraient une incertitude sur leurs lendemains : incertitude sur leurs ressources, incertitude sur leur logement, en plus des incertitudes sur leur santé.
 
C’est la raison pour laquelle les salariés et le monde du travail porte sur son dos toute la situation et c’est lui qu’il faut aider. D’abord, en permettant qu’ils se réunissent sur les lieux de travail pour définir au mieux les conditions dans lesquelles, là où c’est nécessaire, le travail pourra continuer sous le contrôle des travailleurs eux-mêmes. Ensuite, qu’ils soient protégés socialement. Une série de nos amendements viennent sur ce thème comme le 100% de remboursement pour le chômage partiel, etc., etc. ou… le chômage technique pardon.
 
Deuxième remarque, elle concerne le fonctionnement de l’économie. On règlera quelques comptes le moment venu. Mais la preuve est faite que c’est bien la demande qui crée l’offre et pas l’inverse. Et dans les conditions dans lesquelles nous sommes placés, on voit qu’il n’y a pas d’autre, compte tenu de ce que l’économie telle qu’elle est aujourd’hui, je ne dis pas l’économie en général ou telle que nous la rêverions. La seule solution, la solution en tout cas que tout le monde a l’air de comprendre, c’est qu’il faut faut injecter massivement des liquidités pour que la circulation continue à se faire. Alors évidemment le monde vit déjà dans une masse de dettes, mais elles n’ont pas grande importance. Ce qui importe c’est que l’activité humaine puisse continuer. Et pour qu’elle puisse continuer il faut beaucoup de liquidités. Nous ne somme pas d’accord avec vous, Monsieur le ministre. Les mesures que vous annoncez - 45 milliards dont à peine 6 sont réellement des liquidités nouvelles - ne nous semblent pas à la mesure de la situation. On votera sans doute votre plan parce qu’on ne veut rien bloquer et on veut montrer qu’on est de parfait esprit de coopération.
 
Mais ça, ça ne fait pas la maille. Regardez où on en est aux États-Unis d’Amérique. Vous me direz : « eux ont le droit d’imprimer des billets tant qu’ils veulent », mais enfin on en est à la thèse qui semblait être la plus farfelue du keynésianisme, à savoir l’argent hélicoptère. On distribue 1000 à 2000 dollars, c’est ce qui est demandé, par tête de pipe pour que la machine fonctionne. La Banque européenne, la BCE, se limite une nouvelle fois à sa routine, qui consiste à avancer de l’argent pour acheter des dettes aux banques privées, avec l’espoir qu’elles prêtent ensuite aux particuliers. Je ne sais pas quel genre de particuliers, à part les entreprises, sont en état de contracter des dettes aujourd’hui ou d’aller solliciter leur banquier pour faire leurs achats. Ce n’est pas raisonnable. Je termine en vous disant que les amendements que nous présentons ont pour objet de donner les moyens demandés par l’Organisation Mondiale de la Santé. Je ne vous cache pas que nous avons été perturbé par ce qui a été dit tout à l’heure à propos des tests qui ne seraient pas nécessaires. Deuxièmement les moyens de la protection sociale, garantie des salaires, les précautions pour les précaires, sécuriser la situation sociale des gens, notamment de leurs indemnités de chômage et le fonctionnement des délais pour l’extinction des droits au chômage, pour les intermittents du spectacle, pour les métiers d’arts. Voilà, je finis d’un mot. Ayez confiance dans le fait que c’est en nous réunissant et en misant sur le collectif qu’on sera plus intelligents.

Confinement, travail, chômage technique : le guide de protection des salariés pendant le Coronavirus

La France insoumise vous propose son guide de protection des salariés pendant la période de confinement due à la crise du coronavirus. 

Dans le document à télécharger ci-dessous, vous retrouverez toutes les informations nécessaires sur vos droits en cas d’activité partielle, vos congés, le code du travail, le droit de retrait, les Prud’hommes, etc. 

Ci-dessous, retrouvez également quelques réponses simples aux questions les plus fréquentes.

Durant cette période de confinement, est-il possible d’aller travailler ?

La règle est le confinement suite aux mesures annoncées par le gouvernement. Cependant, certaines personnes peuvent avoir l’autorisation d’aller au travail et reçoivent alors pour se déplacer soit :

  • un ordre de mission (ex : personnel de soin)
  • une autorisation permanente (ex : journaliste)
  • un justificatif de déplacement professionnel rempli par l’employeur.

Plus généralement, les deux formulaires formulaires (attestation employeur et attestation individuelle) nécessaires pour circuler sont disponible sur le site du gouvernement.

À défaut, le gouvernement incite les entreprises à recourir au télétravail.

Si le télétravail est impossible ou non pertinent, l’employeur doit dispenser d’activité le travailleur ou la travailleuse en déposant une demande d’activité partielle (parfois appelée chômage technique). Si votre rémunération est supérieure au SMIC : Le chômage partiel permet une rémunération des salariés à hauteur de 70% de leur salaire brut (84 % de leur net cette année). Mais un accord de branche plus favorable peut décider de fixer l’ensemble de la rémunération à 100% - dans ce cas,  l’entreprise compensera elle-même. Si votre rémunération est égale ou inférieure au SMIC : vous toucherez 100% de votre salaire antérieur.

Un·e salarié·e considérée par l’Agence Régionale de Santé comme « cas contact » doit bénéficier d’un arrêt de travail.

Enfin, l’employeur peut imposer, sous certaines conditions, la prise de congé du salarié ou de la salariée (voir ci-dessous).

Dans tous les cas, il convient de suivre les recommandations sanitaires disponibles sur le site du gouvernement.

Mon employeur peut-il me forcer à poser des jours de congé ?

Les congés payés sont le fruit de luttes et de grandes victoires syndicales permettant aux travailleurs de prendre des jours de repos pour profiter de leurs proches, partir en vacances ou encore se reposer. Le gouvernement a dévoyé ce principe en adossant les congés sur la période de confinement.

• Imposer 6 jours de congés payés acquis par une personne salariée : possible par accord d’entreprises, et à défaut, par accord de branche.

• Imposer/modifier jusqu’à 10 jours de repos : l’entreprise employeuse
peut en décider unilatéralement

• Imposer/modifier jusqu’à 10 jours de repos prévus par une convention
de forfait : l’entreprise employeuse peut en décider unilatéralement.

• Imposer que les droits affectés sur le compte épargne-temps du salarié
soient utilisés par la prise de jours de repos (jusqu’à 10 jours) : l’entreprise
employeuse peut en décider unilatéralement.

Durant cette période de confinement, mon employeur peut-il m’imposer de nouvelles tâches ou me changer de poste de travail ?

Votre employeur peut, légalement et sans votre autorisation, vous confier de nouvelles tâches et modifier légèrement vos attributions. 

Cependant, ces modifications et changements ne doivent pas être importants, ni modifier votre qualification, sans votre autorisation.

Comment appliquer mon droit de retrait ?

Il ne se passe pas une journée sans que le droit de retrait ne soit remis en cause par les entreprises de la grande distribution, par les entreprises de livraison, voire par le Gouvernement. Le cas le plus criant est sans doute celui de nombreux ouvriers d’Amazon qui se sont vu « refuser » leur droit de retrait, ce qui leur a donc fait perdre une journée de salaire. Mais concrètement, dans quelles mesures peut-on faire valoir son droit de retrait ?

Si votre employeur ne prend pas des mesures suffisantes afin d’assurer la protection de votre santé et qu’un risque concret de contamination est avéré, vous avez la faculté de vous retirer de la situation de danger.

Vous exercez alors votre droit de retrait conformément à l’article L. 3141-1 du code du travail.

Par exemple, vous pouvez exercer votre droit de retrait dans les cas suivants :

  • vous êtes vendeur·se dans une épicerie ou personnel de soin et votre employeur vous interdit de mettre en oeuvre les gestes barrières et notamment le lavage de mains ;
  • votre employeur oblige un de vos collègues à travailler alors qu’il présente des symptômes pouvant laisser présumer une contamination de Covid-19.

Ai-je le droit d’avoir un arrêt de travail pour garder mon enfant qui est à la maison ?

La fermeture des écoles, collèges, lycées et crèches a mis en difficulté de nombreuses familles. Si vous devez garder vos enfants, vous pouvez percevoir des Indemnités journalières de la Sécurité sociale (IJSS). Ce dispositif est accessible aux parents d’enfants de moins de 16 ans qui doivent se mettre en arrêt de travail pour garder leurs enfants. L’employeur ne peut pas le refuser et doit faire la déclaration sur declare​.ameli​.fr. Vous devrez déclarer sur l’honneur que vous êtes l’unique parent à en bénéficier.

Informations complémentaires  (Valables pour toute la durée de l’état d’urgence sanitaire) :

• Un parent sur deux peut avoir droit de percevoir les IJSS (possibilité d’alterner).

• Il n’y a pas de jour de carence. La première journée d’absence ouvre droit aux IJSS.

• Il est possible d’avoir l’arrêt de travail uniquement s’il n’y a pas de possibilités de télétravail.

• Pas de condition d’ancienneté pour percevoir 90% de son salaire brut.

Je travaille dans le secteur médical et suis réquisitionné·e, comment faire garder mon ou mes enfants ?

Pour les enfants en âge d’aller à l’école un système de garde est mis en place dans les écoles.

Les assistantes maternelles peuvent étendre leur agrément jusqu’à 6 enfants.
Les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) rattachés à un établissement de santé, social, médico-social ou aux services de l’État chargés de la gestion de l’épidémie restent ouverts.

Si vous faites partie de ces catégories : les personnels des agences régionales de santé (ARS) et des préfectures chargées de la gestion de l’épidémie, agents du ministère des solidarités et de la santé chargés de la gestion de l’épidémie ; les professionnels de santé libéraux : Médecins, Sages-femmes, Infirmières, Ambulanciers, Pharmaciens, Biologistes ; tous les Personnels des établissements de santé ; tous les personnels des établissements sociaux et médico-sociaux suivants : EHPAD et EHPA (personnes âgées), Établissements pour personnes handicapées, Services d’aide à domicile, Services infirmiers d’aide à domicile, Lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé, Nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ; les personnels d’établissements d’accueil du jeune enfant et maisons d’assistants maternels maintenus ouverts.

Vous pouvez remplir ce formulaire qui sera transmis à la Préfecture de votre département pour vous proposer une solution d’accueil.

Ai-je le droit à une aide en tant qu’auto entrepreneur·se ou indépendant·e ?

Le gouvernement a dévoilé il y a quelques jours un plan d’aide pour les indépendant·es et les auto entrepreneur·ses qui font face à des difficultés économique liées à l’épidémie de coronavirus.

Une aide forfaitaire de 1 500€ a été mise en place pour le mois de mars. Il suffira d’attester d’une baisse de 50 % de son chiffre d’affaires entre mars 2020 et mars 2019 pour en bénéficier. La demande sera à faire directement à la Direction générale des Finances Publiques. Les modalités des démarches et de cette aide seront précisées dans les prochains jours par le gouvernement.

Ressources pour conFInement

Une femme s'ennuie

Envie de lecture, mais toute la bibliothèque est terminée ? Heureusement, d’autres vous sont ouvertes ! A côté d’auteurs célèbres, de jeunes romancier⋅es mettent leurs créations en ligne depuis longtemps.  Des militant⋅es engagé⋅es contre les droits d’auteurs digitaux diffusent de la littérature francophone numérisée libre de droit, tout comme leurs homologues québécois⋅es. La bibliothèque numérique de la Bibliothèque

#RDLS109 - Lancement de linsoumission​.fr, coronavirus à l’Assemblée

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans cette 109e Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon parle du lancement du site www​.linsoumission​.fr, plateforme multimédia qui agrège les contenus de la France insoumise (vidéos, articles, dossiers, directs…). Il parle ensuite de l’arrivée du coronavirus dans les débats à l’Assemblée nationale et de la manière dont les débats vont être organisés. 

LES LIENS

S’ABONNER AUX PODCASTS

Pour que nous fassions bloc face au Coronavirus, le gouvernement ne doit pas mentir !

Adrien Quatennens, député de La France insoumise, intervenait en direct ce mardi 17 décembre sur Facebook. Il a réagissait à l’interview d’Édouard Philippe sur France 2 le soir-même. 

Il a rappelé que pour que le consensus se fasse, face à cette situation exceptionnelle liée au coronavirus, le gouvernement ne devait pas mentir. En effet, des membres du gouvernement et de la majorité mais aussi le Premier ministre, ce mardi 17 décembre, ont menti s’agissant de la tenue du premier tour des élections municipales. Ils ont affirmés à plusieurs reprises que les différents mouvements politiques avaient été consultées sur le maintien du premier tour. Des affirmations mensongères comme l’explique Adrien Quatennens qui a assisté à ces réunions organisées par le gouvernement, également en présence de Jean-Luc Mélenchon. 

Le député insoumis revient également sur les déclarations fracassantes de l’ancienne Ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Coronavirus : la France insoumise met à disposition ses outils collaboratifs de télétravail

Les obligations de confinement liées au Coronavirus obligent aujourd’hui un grand nombre de personne à travailler depuis chez elles et à pratiquer le télétravail. Les entreprises, les associations et d’autres organismes disposent parfois de leurs propres outils collaboratifs pour le travail à distance mais ce n’est pas toujours le cas. 

Pour faire face à la forte demande actuelle et pour permettre la poursuite d’activités militantes dans le respect des consignes gouvernementales, la France insoumise a fait le choix de mettre à disposition ses propres outils collaboratifs hébergés sur ses serveurs. 

Ainsi, retrouvez 3 outils gratuits, sécurisés et accessibles facilement pour créer une conférence en ligne, créer un document texte partagé et le Firamadate, qui permet de créer des sondages en lignes

Afin de permettre le maintien de ces outils qui ont un coût, nous avons besoin du soutien financier de chacun·e d’entre vous. N’hésitez pas à faire un don.

Face au Coronavirus, les Français préfèrent l’isolement à l’isoloir

Carte_électorale_Vote_France

Communiqué de presse de la France insoumise. Le premier tour des élections municipales a eu lieu en France au lendemain de l’annonce de mesures exceptionnelles face à une crise sanitaire historique. La France insoumise remercie l’ensemble des personnes mobilisées pour assurer les opérations de vote dans les meilleures conditions possibles. Elle adresse ses félicitations aux maires élus

CORONAVIRUS : confinement et solidarité ! - Réaction de J.-L. Mélenchon à l’allocution d’E. Macron

Le lundi 16 mars 2020, le président de la République Emmanuel Macron s’exprimait sur la situation liée au coronavirus et expliquait, sans employer le mot, que de strictes mesures de confinement allaient être mises en place.

Dans cette vidéo, Jean-Luc Mélenchon réagit à l’allocution du président de la République. Il appelle à respecter les consignes de confinement et à mettre en place une société de la solidarité, de l’entraide et du partage plutôt que du chacun pour soi. Il appelle également à réquisitionner au plus vite les outils permettant d’assurer la production des biens (comme les masques) nécessaires à la lutte contre le coronavirus.