Biographie

Qui es-tu ? 

J’ai grandi à côté d’Orléans, où j’ai étudié jusqu’en maîtrise, puis je suis allé à Paris en 1994 pour un DEA de droit public. J’ai également fait une thèse sur la liberté de religion et les sectes. J’ai enseigné, travaillé en associations et aussi deux ans comme assistant parlementaire à l’Assemblée nationale. Depuis 2005, je suis maître de conférences à l’université du Havre. Mon métier d’enseignant-chercheur me plaît vraiment. Et j’ai deux enfants que j’adore !

Comment a commencé ton engagement ?

Je suis né dans une famille très politisée, fréquentant gamin la fête de l’Humanité, manifestant pour la paix… Jeune, j’ai rejoint Refondations, la MNEF, Arcat-Sida pour mon service national, Ras l’Front… Plus tard, le Parti de gauche et l’éco-socialisme. Je reste marqué par la lutte pour Mandela et les Palestiniens. Je candidate sur la liste parce qu’il y a urgence à « changer le système » et j’aime l’idée que chacun·e y prenne sa part, à la place qu’il peut, qu’il veut.

Quel est le combat que tu portes ou que tu souhaites mener ?

En tant que militant, je participe aux diverses actions possibles : partager et convaincre sont l’objectif politique. Sur l’Europe, un des points cruciaux est la politique budgétaire : soumission des Etats aux marchés financiers, indépendance de la BCE… En cette rentrée, je suis choqué par la situation des enfants handicapés qui accèdent mal ou pas à l’école publique, du fait d’un manque de personnel, c’est pourquoi je me suis engagé dans ce combat en lien avec le groupe parlementaire.