Présidentielle 2022 : Les insoumis réclament des moyens pour garantir la sécurité sanitaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Communiqué d’Adrien Quatennens et Bastien Lachaud

La France Insoumise participera ce jour à la réunion convoquée par le Premier ministre Jean Castex à propos de l’organisation de la campagne présidentielle dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Adrien Quatennens, député et coordinateur du mouvement et Bastien Lachaud, député et responsable des évènements nous y représenterons.

La campagne électorale doit pouvoir se tenir le plus normalement possible, en garantissant à chacune et chacun le meilleur niveau de sécurité sanitaire. Les moyens doivent être fournis aux candidats pour cela.

A ce titre, nous demanderons au Premier ministre :

  • L’augmentation du plafond remboursable des dépenses de campagne pour assurer les dépenses liées à la situation sanitaire (fourniture de masques FFP2 pour les meetings, achat de gel hydroalcoolique etc…)
  • L’augmentation du temps de spots de campagne sur les chaines publiques et le financement par l’Etat de spots sur les chaines privées.
  • L’envoi d’une double circulaire.
  • le lancement d’une campagne massive d’inscription sur les listes électorales alors que 11 à 13M de citoyens sont mal inscrits on non inscrits
  • La mise à disposition de masques FFP2 et de gel hydroalcoolique à l’entrée des bureaux de vote
  • L’installation de purificateurs d’air dans les bureaux de vote (dans les écoles et locaux fonctionnels où nous les réclamons depuis deux ans, ils pourront ensuite être laissés sur place)

Nous souhaitons aussi connaitre la nature de l’échange entre le gouvernement et le Conseil Constitutionnel à propos de l’organisation des élections. Nous refusons que le gouvernement aille au-delà des règles établies par le Conseil Constitutionnel s’agissant de l’accès aux évènements de campagne de type réunions publiques. Par le passé, des fraudes avaient justifié l’interdiction du vote par correspondance. Nous refusons que la situation sanitaire serve de prétexte à l’organisation d’un vote électronique ou par correspondance. Des réponses doivent être apportées sur les solutions proposées aux personnes placées en isolement en raison de la Covid.

Aussi, nous profiterons de l’occasion de cette réunion pour alerter le Premier ministre sur les difficultés de la collecte des parrainages d’élus pour laquelle nous proposons de réinstaurer l’anonymat et de permettre le parrainage de candidats par 150 000 citoyens.