Nous demandons une commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité de la centrale nucléaire de Tricastin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Communiqué de presse du groupe parlementaire de la France insoumise

Le mercredi 15 décembre 2021, la Présidente du groupe parlementaire Mathilde Panot rend publique une proposition de résolution visant à la création d’une commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité dans la centrale nucléaire de Tricastin. Elle a été signée par les parlementaires de la France insoumise, ainsi que Moetai Brotherson, Hubert Julien-Laferrière et Aurélien Taché.

Cette proposition fait suite aux révélations du Monde concernant le dépôt d’une plainte par un cadre d’EDF au sujet, entre autres, de la dissimulation d’incidents et d’écarts en matière de sûreté à la centrale nucléaire de Tricastin. Ce lanceur d’alerte a permis de faire remonter des informations cruciales concernant de multiples dysfonctionnements dissimulés à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Cette proposition vise à faire la lumière sur les multiples incidents dissimulés par la direction de la centrale de Tricastin à l’ASN ainsi que sur les possibles manquements dans les investigations réalisées par l’ASN. Cette proposition invite à une réflexion en profondeur sur les mécanismes de contrôle et de surveillance dans le domaine du nucléaire, que ce soit sur le rôle de l’Autorité de Sureté Nucléaire, seule autorité habilitée au contrôle des centrales, sur la revalorisation des prérogatives de la Filière Indépendante de Sûreté, et sur la protection du statut de lanceur d’alerte dans l’industrie nucléaire française.

À ce jour, aucune réponse du gouvernement n’a été formulée suite à ces révélations. Pourtant, elles ont été rendues publiques la même semaine où le Président de la République a annoncé la création de nouveaux réacteurs partout en France, dont six nouveaux réacteurs pressurisés européens, sans débat démocratique préalable. Il est crucial de s’en saisir, au-delà des clivages vis-à-vis de l’énergie nucléaire, car la sûreté et la sécurité des centrales est un enjeu d’intérêt général.

Retrouvez ci-dessous la proposition de résolution