Guadeloupe : il faut répondre à l’exaspération générale de la population

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le mardi 23 novembre, Jean-Luc Mélenchon réagissait à la situation en Guadeloupe lors d’un point presse à l’Assemblée nationale.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a pointé du doigt la relation qu’entretenait le gouvernement avec les outre-mer. Il a rappelé que le fond de l’affaire n’était pas les incendies et autres débordements en Guadeloupe, mais l’exaspération et le sentiment d’abandon par l’État que ressentent les gens sur place. Jean-Luc Mélenchon a rappelé les très nombreuses coupures d’eau que subissent les Guadeloupéens au quotidien, mais aussi les pesticides qui ont contaminé les terres et les eaux. Il a évoqué la jeunesse guadeloupéenne qui connaît des taux de chômage jusqu’à 70% et qui est largement impactée par les couvre-feux et restrictions imposés localement.

Jean-Luc Mélenchon est revenu sur les 4 semaines de mobilisations en Guadeloupe, portant notamment sur la suspension des personnels de soin non vaccinés en rappelant qu’il s’agissait de très peu de monde et que la mesure désorganisait tout le système. Il a donc appelé à y mettre fin.

Il s’est dit fermement opposé à l’escalade sécuritaire et aux provocations organisées par le gouvernement qui a envoyé de très nombreux gendarmes, des membres du RAID et du GIGN sur place. Il a appelé à de l’apaisement et à comprendre le sentiment d’exaspération qui se généralise en Guadeloupe. Jean-Luc Mélenchon a enfin demandé au gouvernement de renoncer à l’utilisation électorale de la répression en Guadeloupe et dans les autres territoires et départements d’outre-mer.