Fiasco du (non)-versement des primes de 100€ pour les étudiants : quand le gouvernement part à la pêche aux voix

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Un article du groupe thématique Enseignement supérieur et recherche de la France insoumise

Annoncée le 21 octobre dernier par le Premier ministre Jean Castex, la prime inflation de 100€ doit être versée entre autres aux étudiant·es boursier·es et bénéficiaires des APL (aides personnalisées au logement). Cependant, au lieu de procéder à un versement automatique, il a été décidé d’envoyer un mail à l’ensemble des étudiant·es concerné·es pour qu’ils fassent part de leur situation. Cette procédure connaît divers dysfonctionnements.

Ainsi, par sa rédaction et sa mise en page, le mail des CROUS semble s’apparenter à du phishing (hameçonage). Par ailleurs, le site qui doit permettre aux étudiant·es de renseigner leur situation a connu une surcharge de connexion, ce qui l’a rendu indisponible. Enfin, les délais sont contraints, les étudiant·es devant répondre avant le 1er décembre.

La méthode retenue pose par ailleurs question. L’an dernier, pour un versement de 150 €, un arrêté conjoint a été pris par la ministre de l’enseignement supérieur et le ministre des comptes publics, augmentant exceptionnellement la mensualité des bourses au mois de décembre, et rendant ainsi automatique le versement. Le recours cette fois à l’envoi de mail interroge d’autant plus. Les deux seules explications qui viennent à l’esprit sont, d’une part que le gouvernement table sur un non-recours de cette prime par les étudiant·es, espérant ainsi économiser quelques millions d’euros, et d’autre part que cet envoi de mail est l’occasion de vanter son action auprès des étudiant·es à 5 mois de l’élection présidentielle.

Quoi qu’il en soit, la France insoumise demande que le versement des 100€ soit fait par une augmentation automatique de la mensualité de décembre. Son programme l’Avenir en commun défend l’instauration d’une garantie dignité de 1063 euros pour les étudiant·es, une mesure portée par Jean‑Luc Mélenchon dans le cadre de la campagne présidentielle.