Explication de vote en commission des finances lors de l’examen de la seconde partie du projet de loi de finances pour 2022 de la mission recherche et enseignement supérieur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

À l’heure où nous devons faire face à de nombreux défis sanitaires, sociétaux et environnementaux, le budget alloué à la mission ESR n’est pas à la hauteur. 

Concernant la recherche, vous confortez le système d’appels à projets au détriment des crédits récurrents par le biais du programme 172 dont le principal bénéficiaire est l’ANR. Or, le principe d’appel à projets, comme je l’ai dit tout à l’heure dans la défense des amendements, est chronophage, limite les thématiques et la liberté des chercheurs, et ne profite qu’à un petit nombre d’établissements.

Quant au CNRS, il voit à nouveau ses emplois sous plafond baisser de 128 ETPT. Et en même temps le nombre d’emplois hors plafond explose, avec 995 ETPT mettant ainsi en œuvre la précarité des chercheurs, la casse du statut des fonctionnaires avec le déploiement des CDI de mission et des chaires de professeurs juniors.

Rien d’enthousiasmant non plus concernant l’écologie qui voit le programme 190 diminuer.

Dans l’enseignement supérieur, vous poursuivez votre politique de sélection qui aggrave les inégalités et la précarité. L’augmentation de 1,48% du programme 150 dédié à la dotation des universités, ne prend pas en compte les besoins réels des universités, ni l’augmentation du nombre d’étudiants. ParcourSup et l’accès en master, de plus en plus difficile,  laissent chaque année un grand nombre d’étudiants sur le carreau. Ce qui a notamment pour conséquence, d’orienter les étudiants vers les établissements privés.

De plus, bien que la précarité étudiante explose, vous augmentez les bourses de 1% seulement,  alors que l’inflation est de 1,8%  et que le coût de la vie étudiante a augmenté de 2,5%. Vous supprimez également le repas à 1 euro pour les étudiants non boursiers. 

Par ailleurs, les CROUS ont joué un rôle crucial pendant la crise sanitaire notamment par l’action sociale. Le Gouvernement devrait investir massivement pour les soutenir et leur permettre d’accomplir pleinement leurs missions. Ce qu’il ne fait pas.

Pour toutes ces raisons nous voterons contre les crédits de la mission ESR. Je vous remercie.