La misère explose : l’inaction et l’indifférence tuent !

Madame Muriel Ressiguier interroge Monsieur Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, sur la volonté du gouvernement de lutter contre la misère grandissante.

La pauvreté qui augmente d’année en année explose sous l’effet de la crise sanitaire et nous ne sommes pas les seuls à le dénoncer, de nombreuses associations et organismes sonnent également l’alarme.

Selon l’INSEE 14,7 % de la population vivaient déjà dans la pauvreté en 2018, soit 9,3 millions de personnes. C’est un sursaut considérable de +0,6% qui s’est opéré entre 2017 et 2018. Avec l’effet de la crise sanitaire qu’on ne peut encore pleinement mesurer, les chiffres de la pauvreté augmentent considérablement. Les associations humanitaires annoncent qu’un million de personnes supplémentaires ont basculé dans la pauvreté depuis le début de la pandémie. L’Unédic prévoit dans un rapport sorti au mois de juin la destruction de 900 000 emplois fin 2020 et l’indemnisation de 630 000 demandeurs d’emplois supplémentaires.

Le Secours Populaire indique que 45% des demandeurs étaient inconnus jusqu’à présent les bénévoles font face à une augmentation de 15 à 50% des demandes d’aide dans certains départements. De même, il alerte sur le fait qu’1 français sur 4 restreint les quantités dans son assiette et qu’1 français sur 7 saute des repas. Quant au Secours Catholique, il note que plus d’un ménage sur trois en 2019 n’avait pas accès à un logement décent, c’est 10 points de moins qu’en 2010. La fondation Abbé Pierre déplorait en mars dernier 300 000 SDF supplémentaires en France. Alors que la Fédération française des banques alimentaires recense de son côté une hausse de 25% des bénéficiaires, le gouvernement supprime 8 millions d’euros consacrés à l’aide alimentaire dans le PLF 2021. Les étudiants ne sont pas épargnés non plus par la crise sanitaire. 20% d’entre eux vivaient déjà sous le seuil de pauvreté avant cette crise. Aujourd’hui, 74% des jeunes de 18 à 25 ans disent avoir rencontré des difficultés financières au cours des trois derniers mois et l’observatoire de la vie étudiante indique que 36 % des étudiants déclarent avoir eu recours à des aides alimentaires depuis le début de la crise. Selon l’observatoire des inégalités, plus de 50% des français vivant en dessous du seuil de pauvreté ont moins de 30 ans.

L’observatoire de l’accès aux droits et aux soins de Médecins du monde dans son vingtième rapport note que 30% des personnes restent exclues de tout dispositif de couverture maladie, 78,8% des personnes disposant de droits théoriques à la couverture maladie française en bénéficient dans les faits. Par ailleurs, 15% des personnes interrogées par IPSOS/SPF 2020 ont beaucoup de difficultés à payer certains actes médicaux mal remboursés par la sécurité sociale.

Cette situation ne devrait pas s’améliorer avec les politiques d’austérités menées par le Gouvernement : la réforme de l’assurance chômage dont l’application est repoussée du fait de la crise sanitaire, la diminution des APL, le refus d’augmenter le RSA, la revalorisation automatique et annuelle du SMIC de seulement 0,99% (soit 12€ net par mois) ou encore la future réforme des retraites.

Tandis que des politiques d’austérité frappent les uns, des avantages fiscaux sont offerts aux autres. Les chiffres de la pauvreté explosent, ceux des fortunes françaises aussi. La suppression de l’ISF par exemple, a eu selon l’INSEE une influence sur l’augmentation de l’indice de Gini qui mesure l’écart de richesse entre les plus aisés et les plus pauvres. Tandis que la crise frappe de plein fouet les plus démunis, selon Oxfam, 32 multinationales vont cumuler 109 milliards de dollars de plus que leur bénéfice moyen cette année qui a été fortement marquée par la crise sanitaire et économique. En France, les entreprises du CAC40 verseront quant à elles, 30,3 milliards d’euros de dividendes pour l’exercice 2019 ; auxquels s’ajoutent les rachats d’actions à hauteur de 11 milliards d’euros pour l’année 2019 et 3,7 milliards pour le premier semestre 2020. Ainsi 34 milliards d’euros au total sont versés aux actionnaires, alors que la crise économique fait rage et que des millions de salariés ont été au chômage partiel depuis le premier confinement, que 1,1 million l’étaient encore au mois de septembre et que ce chiffre est depuis reparti à la hausse.

Au regard de l’urgence sociale, Madame Muriel Ressiguier interroge Monsieur Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, sur la politique du gouvernement. 

Des mesures concrètes vont-elles être mises en place pour lutter de manière efficace contre la pauvreté ? Comme par exemple l’instauration d’une réelle justice fiscale qui permettrait d’assurer une meilleure redistribution des richesses, l’augmentation significative du SMIC, l’accès à un logement digne pour tous et la lutte contre la renonciation aux soins en favorisant l’accès à des soins de qualité pour tous ?