Alexis Corbière question écrite : Fermeture de la ligne téléphonique de l’AVFT

Monsieur le Député Alexis Corbière alerte Mme la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les hommes et les femmes, Madame Marlène Schiappa, sur la fermeture de la ligne téléphonique de l’Association Européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail. 

L’Association Européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail a été créée en 1985. Grâce à l’action de cette association, a été votée en 1992 la loi française réprimant le harcèlement sexuel. L’AVFT est, aujourd’hui en France, la principale structure de référence pour la prise en charge des victimes de violences sexuelles au travail.

Le 31 Janvier dernier, l’AVFT a été contrainte de fermer son accueil téléphonique. Ainsi, elle se retrouve dans l’impossibilité de pouvoir traiter de manière professionnelle et méticuleuse le nombre croissant de dossiers qu’elle reçoit. Depuis 13 ans, l’association fonctionnait sans augmentation de subventions publiques et dans l’incapacité de pouvoir embaucher des salariés, alors que, en parallèle, les demandes d’aide avaient elles, augmentées. Ce manque de moyens n’est pas nouveau et, malgré plusieurs alertes lancées par l’association au gouvernement, aucune réponse n’a été apportée.

En conséquence de cette fermeture, les victimes n’auront plus qu’un répondeur au bout du fil, elles ne pourront plus être écoutées, recevoir des conseils ou encore être guidées dans leurs démarches. Or, si les femmes qui veulent accéder à la justice ne sont pas orientées par une association militante et spécialisée, ce sera autant d’agresseurs qui ne seront pas punis et cela n’est pas tolérable.

Il est important que la parole des femmes se libère, mais il est tout aussi décisif qu’elle soit entendue et répercutée. Depuis quelques mois, une prise de conscience massive a fait éclater au grand jour l’ampleur des violences sexuelles en France et il est primordial de pouvoir accueillir la parole des femmes afin que la chape de plomb ne puisse se refermer.

Il existe aujourd’hui un décalage entre les besoins d’une structure telle que l’AVFT face à l’augmentation des demandes observées (le nombre de saisine a doublé entre 2015 et 2017) et les subventions publiques dont elles peuvent disposer.

Le 25 novembre, le Président de la République a décrété l’égalité femmes-hommes grande cause du quinquennat. Madame, la Secrétaire d’Etat, comment comptez-vous, enfin, renforcer les moyens et les compétences de tous les acteurs concernés par la lutte contre les violences sexuelles au travail, et en particulier les acteurs publics ?